Navigation – Plan du site
La question de l'enclavement en Asie centrale

Une porte à peine entrouverte l'Iran et l'Asie centrale (1991-2002)

Mohammad-Reza DJALILI

Résumé

La fin de l'Empire soviétique avait été accueillie de manière très favorable par l'Iran. Ce changement brutal devait ouvrir la porte au développement des relations entre Téhéran et les capitales centre-asiatiques. Pourtant, aujourd'hui, il apparaît que la porte est à peine entrouverte entre l'Iran et l'Asie centrale. A l'indépendance des Républiques d'Asie centrale, l'Iran comptait faciliter le désenclavement économique des ces jeunes Etats afin de "désenclaver" sa propre politique extérieure et développer de nouvelles relations économiques avec cette région. En outre, Téhéran tenait à faire entendre sa voix sur le statut juridique de la mer Caspienne. Malgré quelques réussites diplomatiques, notamment la constitution d'un axe Téhéran-Erevan-Athènes, les succès tant économiques que politiques avec l'Asie centrale ont été, quant à eux, limités : le désenclavement économique de l'Asie centrale via l'Iran n'a pas eu lieu et le partage progressif du sous-sol de la mer Caspienne va à l'encontre des thèses défendues par Téhéran depuis une décennie. L'état déplorable des relations entre Téhéran et Washington explique partiellement ces espoirs déçus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohammad-Reza DJALILI, « Une porte à peine entrouverte l'Iran et l'Asie centrale (1991-2002) », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 35 | 2003, mis en ligne le , consulté le 24 mars 2017. URL : http://cemoti.revues.org/766

Haut de page

Auteur

Mohammad-Reza DJALILI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org