Navigation – Plan du site

Introduction

Marlène LARUELLE et Johann UHRES

Texte intégral

La dissolution de l'Union soviétique en 1991 a fait émerger sur la scène internationale de nouveaux pays en quête d'une identité étatique stable. Depuis les événements du 11 septembre 2001, l'Asie centrale s'est en partie trouvée sous les feux de la rampe. Les cinq républiques post-soviétiques, aux frontières de l'Iran, de l'Afghanistan et de la Chine, semblent désormais bénéficier d'un certain regard médiatique, auparavant inexistant. Cette perception géostratégique de l'espace centrasiatique n'est pas neuve puisque les Etats-Unis le considèrent depuis plusieurs années maintenant comme une zone cruciale pour leurs intérêts.

On peut cependant contester la pertinence de cette vision médiatique et souvent superficielle, sans connaissance réelle des sociétés en question et sans recul historique. La valeur géopolitique de l'Asie centrale reste en effet bien souvent surestimée et le regard porté sur elle trop unilatéral : proximité avec des foyers politiquement instables, routes de la drogue et des armes, arrière-base de mouvances islamistes, menaces de déstabilisation des régimes en place par des "lames de fond" religieuses inattendues, etc. Même si certains de ces faits sont réels, l'Asie centrale ne se limite pas à eux : la zone est également un espace post-soviétique héritier d'un passé colonial russe. La vie dans les cinq républiques est celle, aujourd'hui encore, d'un monde anciennement soviétique plus que d'un espace musulman au sens moyen-oriental du terme.

Le dossier présenté ici cherche donc à rééquilibrer le regard porté sur l'Asie centrale dans les pays occidentaux en montrant l'importance et le poids du passé russo-soviétique. L'Asie centrale des XIXe-XXe siècles s'est constituée dans, par, mais aussi contre le regard russe, comme les pays du Moyen-Orient l'ont fait face au discours orientaliste français et britannique. Il existe peu d'informations, à l'exception de rares écrits, sur la perception qu'ont pu avoir des Russes les habitants d'Asie centrale de l'époque coloniale et soviétique. Le regard porté par les Russes sur les sociétés centrasiatiques fut quant à lui plus développé mais longtemps limité à des analyses ethnographiques. Cette production intellectuelle originellement destinée à un cercle restreint a cependant eu, à terme, une portée sur la conscience collective russe puis soviétique de la zone. Si l'Asie centrale fut souvent appréhendée comme une "colonie intérieure" puis, à l'époque soviétique, comme un "Tiers-monde intérieur", ces expressions, originellement motivées par des considérations économiques (structure de la production et des échanges) se sont vues prolongées dans le domaine des représentations collectives. La Russie, bien que ses intellectuels et hommes politiques se refusent souvent à l'admettre, s'est en partie construite dans une interaction, historique et culturelle, avec cet Orient intérieur en grande majorité turcophone.

L'interférence entre mondes russe et centrasiatique doit ainsi être considérée comme scientifiquement pertinente : elle permet de comprendre ces sociétés dans leur complexité sociale et politique, de prendre conscience de la rupture historique que fut la colonisation et enfin de mieux mesurer ce qu'il reste de "soviétisme" dans l'Asie centrale contemporaine. Néanmoins, lorsque l'Asie centrale et la Russie sont conjointement présentées dans un projet de recherche, il s'agit presque toujours de travaux stratégiques ou géopolitiques prenant en compte les enjeux pétroliers, gaziers et plus généralement économiques que partagent ­ et se partagent, souvent avec difficultés ­ ces deux espaces. Ce dossier tente au contraire à mettre en avant les relations discursives des deux mondes. Ne nous intéresse pas ici la simple mise en parallèle de deux espaces distincts mais le regard que chacun porte sur l'autre : les questions d'identité et d'altérité sont donc au cœur de la réflexion. Ce type d'approche est par ailleurs totalement absent des recherches menées dans ces deux zones, qui se refusent souvent à prendre en compte les influences des voisins et se concentrent sur des problématiques affirmées comme strictement nationales.

Il n'était bien évidemment pas possible de proposer une approche exhaustive de la problématique concernée, chaque article n'offrant que l'un des regards possibles sur la question russo-centrasiatique. Ce dossier ne prétend donc pas épuiser la question mais entend plutôt inviter à mieux prendre en compte, sous ses multiples facettes, la place du monde russe dans la réalité centrasiatique. Les thèmes choisis relèvent en partie de l'analyse de discours et s'intéressent aux champs historique, ethnographique et politique. Ils concernent tant la période tsariste que le monde soviétique et post-soviétique et partent du postulat que seule la longue durée permet de percevoir les continuités ou divergences de regard, qui ne coïncident pas toujours avec le fait politique et ses ruptures spécifiques. Ils partagent un même arrière-fond, exprimé nettement ou en filigrane, celui de s'interroger sur le caractère "colonial" de l'Asie centrale : la Russie a-t-elle pensé l'Asie centrale sur le même mode que les pays occidentaux l'ont fait avec leurs colonies ? Les nouvelles républiques se perçoivent-elles comme des Etats en situation post-coloniale ?

Ce dossier est organisé en trois parties de deux articles chacune : la première s'intéresse aux rapports historiques entre Russes et Centrasiatiques aux époques tsariste et soviétique. L'article de Xavier Hallez nous rappelle combien, au début du siècle, les débats entre intellectuels russes et kazakhs ont façonné la conscience politique des seconds, en particulier sur les questions fondamentales d'indépendance ou d'autonomie face à l'Empire russe. Arnaud Ruffier, à travers un exemple précis, met en lumière l'importance, jamais assez répétée, de l'ethnographie russe pour la connaissance des sociétés centrasiatiques et l'interprétation de leurs structures traditionnelles. Les deux autres parties se consacrent à la période contemporaine. La seconde insiste sur les regards, officiels ou non, que Russie et Asie centrale se renvoient. Johann Uhres analyse le discours des pouvoirs centrasiatiques sur la question du passé russo-soviétique par l'étude des nouveaux manuels scolaires de chacune des républiques turcophones. Celui de Mischa Gabowitsch s'intéresse à la place de l'Asie centrale indépendante dans l'espace public russe. La dernière partie se concentre sur le Kazakhstan, la république d'Asie centrale où l'influence russe est la plus présente et la plus multiforme. Sébastien Peyrouse, en s'appuyant sur les publications des Russes du Kazakhstan, dresse le tableau de la principale minorité européenne d'Asie centrale et de ses hésitations à s'identifier à l'un ou l'autre des deux espaces. Marlène Laruelle s'intéresse plus particulièrement à l'idéologie officielle eurasiste en vigueur au Kazakhstan qui, sous ses dehors d'ouverture sur le monde russe, s'avère de plus en plus nettement empreinte d'un nationalisme kazakh anti-russe.

Par ce prisme russo-centrasiatique, les auteurs espèrent ouvrir à la discussion un espace commun que pourraient partager spécialistes du monde musulman, turcique et iranien, et spécialistes du monde russe et soviétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène LARUELLE et Johann UHRES, « Introduction », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 34 | 2002, mis en ligne le , consulté le 23 septembre 2017. URL : http://cemoti.revues.org/740

Haut de page

Auteurs

Marlène LARUELLE

Articles du même auteur

Johann UHRES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org