Navigation – Plan du site
Sociétés post-communistes : ethnogenèse, nationalisme et clientélisme

Les fondements de l'Etat-Nation en Azerbaïdjan

Cengiz ÇAGLA
p.

89-109

Résumé

Le réformisme djédidiste, qui a fleuri à l'époque de la désintégration de l'Empire russe, a produit des changements dans les domaines éducatif, culturel et social et il a préparé les fondements du nationalisme moderne de l'Azerbaïdjan. Concentrés autour du parti Mousavat et son leader Mehmet Emin Resulzade, les nationalistes azerbaïdjanais ont défendu les thèmes comme la démocratie, la justice sociale et l'autonomie territoriale. Grâce à la disposition des classes sociales et à la prolifération intellectuelle orientée vers la modernité, le nationalisme azerbaïdjanais a pu devenir l'acteur principal de la scène politique qui précède l'intervention bolchévique de 1920. Dans ce processus, l'identité nationale azérie, définie par les liens de l'histoire, de la culture et de la langue, était perçue comme une des premières préoccupations des masses; le mouvement s'était orienté vers la fondation d'un État-nation indépendant. L'indépendance a duré à peine deux ans. Comme le nouvel État-nation en formation n'était pas soutenu par la conjoncture internationale, elle était écrasée en 1920 par les forces soviétiques conformément à une entente turco-soviétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cengiz ÇAGLA, « Les fondements de l'Etat-Nation en Azerbaïdjan », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 31 | 2001,

89-109

.

Référence électronique

Cengiz ÇAGLA, « Les fondements de l'Etat-Nation en Azerbaïdjan », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 31 | 2001, mis en ligne le , consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cemoti.revues.org/708

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org