Navigation – Plan du site
Chronique culturelle

Le cinéma iranien et des films venus d'Asie Centrale à l'honneur du Festival de Cannes

Agnès DEVICTOR
p.

339-345

Résumé

La sélection cannoise a confirmé la vitalité et la diversité des cinémas venus d'Iran et d'Asie Centrale. Avec Kandahar de Mohsen Makhmalbaf et ABC Africa d'Abbas Kiarostami, le cinéma iranien témoigne d'un élargissement de son regard sur le monde, de l'Afghanistan à l'Afrique, en traitant de façon radicalement différente, esthétiquement et éthiquement, de la question de l'humanitaire. Autre film iranien pénétrant des territoires encore inconnus au cinéma, Sous le clair de lune de Reza Mir Karimi qui s'aventure sur la formation de jeunes mollahs, non sans humour. Le Singe, du Kirghize Aktan Abdikalikov s'attache à un temps révolu et, comme Kiarostami, s'emploie à être un « révélateur » de la beauté de la nature. La Route, de Drejan Omirbaev, est un film très libre qui s'enfonce dans l'errance mystique sans perdre pour autant de son humour et de son autodérision.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès DEVICTOR, « Le cinéma iranien et des films venus d'Asie Centrale à l'honneur du Festival de Cannes », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 32 | 2001,

339-345

.

Référence électronique

Agnès DEVICTOR, « Le cinéma iranien et des films venus d'Asie Centrale à l'honneur du Festival de Cannes », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 32 | 2001, mis en ligne le 31 mars 2004, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cemoti.revues.org/701

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org