Navigation – Plan du site
Etudes nationales

L'émergence de la criminalité organisée albanophone

Philippe Chassagne et Kolë Gjeloshaj

Texte intégral

Notre article examine la naissance et l'évolution de la criminalité organisée albanophone (COA). Notre but est d'analyser les raisons qui expliquent son émergence dans une période relativement courte et ses liens avec le trafic de stupéfiants. Pour l'étude d'autres aspects de ces sociétés, les données, les recherches scientifiques qui seraient utiles et nécessaires à nos travaux sont trop peu nombreuses, voire inexistantes. Il faut également préciser qu'il s'agit d'un phénomène nouveau puisque sa structuration daterait du début des années 1990. Nous manquons aussi du recul nécessaire pour l'appréhender dans sa globalité1.

Nous avons conçu notre travail comme une tentative de synthèse des informations diverses et éparses que nous avons pu collecter, et aussi comme une première étape menant à des recherches plus approfondies. C'est pour cette raison que tout au long de cet article nous posons des questions pour lesquelles nous n'avons pas nécessairement les réponses très précises mais qui nous semblent constituer des pistes de réflexion intéressantes.

Nous désignons les organisations criminelles organisées par des Albanais d'après la langue qu'ils parlent puisque c'est là l'une des seules caractéristiques communes, même s'il faut y apporter des nuances, à l'ensemble de la nation albanaise2. C'est par le trafic de stupéfiants que la criminalité organisée albanophone est devenue, en une décennie, incontournable en Europe. La poly-criminalité (prostitution, rackets, etc.) et la violence dont elle fait preuve la rendent encore plus visible. Cette notoriété s'explique par une conjoncture d'éléments historiques, politiques et culturels.

Genèse de la criminalité organisée albanophone (COA)

Quelles sont les étapes importantes qui ont conduit à l'apparition de groupes structurés au début des années 1990 ? La COA est née de l'influence combinée des organisations criminelles régionales, de l'organisation politique des Albanais de l'ex-Yougoslavie et, enfin, de l'implication d'albanophones de la diaspora dans certaines activités criminelles.

Influences mafieuses étrangères

Les Albanais ont historiquement et culturellement des liens étroits avec deux pays, l'Italie et la Turquie, dont sont issues des organisations criminelles particulièrement puissantes et actives dans le trafic international de stupéfiants depuis un demi-siècle. Qu'elles soient d'Italie (mafia sicilienne, Camorra napolitaine, Ndrangheta calabraise) ou bien de Turquie (regroupées sous le terme général de mafya), ces organisations sont proches des milieux politiques de leurs pays respectifs et se livrent depuis longtemps à d'autres activités de contrebande (armes, cigarettes, etc.). Sur la route des opiacés (morphine et héroïne), qui relie depuis les années 1950 la Turquie à l'Italie et au reste de l'Europe, les Balkans, et l'Albanie en particulier, occupent une position stratégique.

Dans son ouvrage sur la mafia italienne, Marie-Anne Matard-Bonucci explique qu'à la fermeture du port franc de Tanger en 1961, les sociétés de vente de tabac furent transférées sur les côtes yougoslaves ou albanaises3. Étant donné l'ampleur de la contrebande de cigarettes dans cette partie du monde (principalement aux mains des mafieux italiens4) et le rôle précurseur qu'elle joue souvent vis-à-vis du trafic de stupéfiants, cette étape constitue un point de repère intéressant. En ce qui concerne le trafic de stupéfiants, Elizabeth et Jean-Paul Champseix affirment que : « (…) selon certaines sources, mais sans jamais que la preuve en ait été faite, l'État albanais a été soupçonné, à l'instar de la Chine, de transformer le pavot pour produire de la morphine et de l'héroïne qui était vendue à la mafia italienne afin `d'accélérer le pourrissement de l'Occident' »5.

Des sources diverses attestent qu'à plusieurs reprises la République socialiste d'Albanie, malgré son isolement, a été un point de passage pour le trafic de cigarettes et qu'elle pourrait l'avoir été pour le trafic de stupéfiants. En effet, pour les trafiquants, la seule condition était de s'entendre avec les autorités, notamment avec la toute puissante Sigurimi (la police secrète).

C'est au début des années 1980 que la République d'Albanie semble avoir commencé à jouer un rôle privilégié dans la route de la drogue, et ce pour deux raisons. D'une part, des accords importants concernant le trafic international d'héroïne ont été conclus entre des organisations turques et italiennes en 1975, renforçant leur position dominante sur les marchés illicites. D'autre part, deux des plus puissants groupes criminels italiens (la mafia et la Camorra) se sont livrés, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, à des guerres de familles, en partie attisées par l'enjeu énorme que représente la maîtrise du commerce de l'héroïne, tandis qu'une nouvelle organisation italienne voyait le jour sur les côtes qui font directement face à l'Albanie6. La Sacra Corona Unita (SCU) apparaît dans les Pouilles sur la base de groupes de contrebandiers locaux préexistants et probablement sous l'impulsion de mafieux d'autres organisations italiennes intéressées par le potentiel côtier local quant à l'expansion des trafics de cigarettes et de drogues.

La vitalité et la permanence des relations entre des criminels italiens et l'Albanie communiste sont notamment mises en évidence en 1982 par la fuite soudaine en Albanie communiste de plusieurs mafieux de Catane (Sicile) alors qu'une livraison de drogue qu'ils avaient organisée avec le trafiquant turc Yaºar Avni Musullulu risquait d'échouer7.

L'intérêt porté par les criminels italiens pour la côte orientale de l'Adriatique se révèle notamment par une attitude que le journaliste Fabrizio Calvi attribue à Michelangelo Aiello, ancien maire richissime de Bagheria (Sicile), décédé en 1988: « On le vit même militer farouchement en faveur de l'établissement de liens commerciaux avec l'Albanie »8. Ce dernier, qui était notoirement proche du parrain mafieux local, fut l'un des protagonistes contribuant au blanchiment d'argent de la « Pizza Connection » (cette affaire a été ainsi nommée parce que l'héroïne envoyée par la mafia sicilienne était réceptionnée aux Etats-Unis, puis redistribuée par La Cosa Nostra ­ LCN ­ à travers un réseau de pizzerias). De plus, le territoire de sa commune était un haut lieu de la production d'héroïne en Sicile. Cette déclaration prêtée à un individu de cette envergure prend une signification particulière dans le cadre de notre argumentation.

En Albanie, la mort d'Enver Hoxha en 1985 permit à son successeur Ramiz Alia d'effectuer une ouverture aux échanges internationaux. Il semblerait que ce soit dans le cadre de cette politique, que les autorités albanaises aient accordé principalement à la SCU des facilités d'accès9 et de transit aux ports de Durrës et de Vlora pour organiser un trafic de cigarettes. Ainsi, ces groupes criminels italiens devinrent les principaux importateurs de devises en Albanie10 dans la seconde partie des années 1980.

L'importance de la SCU dans le développement de la COA semblerait avoir été majeure et durable. En effet, dans la seconde partie des années 1980, probablement en 1987, aurait eu lieu à Milan11 une rencontre organisée par Dora Vendola, une figure de l'organisation italienne, entre des Albanais d'Albanie et de Yougoslavie et des mafieux des Pouilles portant sur le trafic de cigarettes et de stupéfiants.

Cette réunion met également en lumière les contacts qui existaient déjà entre les Albanais d'Albanie et ceux de l'ex-Yougoslavie. On peut observer, pendant la même période, des liens entre des Albanais principalement originaires de la Yougoslavie et des trafiquants de Turquie. Ces derniers contrôlent depuis le début des années 1960 la route des Balkans de l'héroïne qui fut en développement constant jusqu'aux années 1990.

C'est vraisemblablement au milieu des années 1970 que les Albanais, surtout ceux de Yougoslavie, commencent à jouer le rôle de « mules » pour les trafiquants turcs actifs en Europe. Plusieurs vagues de migrations internationales sont déterminantes dans ce phénomène. Outre les relations historiques entre les deux pays suite à cinq siècles d'occupation ottomane, il y a eu au cours du XXe siècle deux vagues d'immigration massive des Albanais de Yougoslavie vers la Turquie. Témoignage éloquent de ce mouvement en matière de criminalité, on relève que l'un des premiers grands parrains (baba) de la mafya turque à cette époque s'appelle Arnavut Cafer12, autrement dit Cafer l'Albanais.

De manière moins massive, ces migrations vers la Turquie se poursuivent jusqu'à la fin des années 1960. Les Albanais accompagnent ensuite l'immigration turque en Europe occidentale. Dans le cadre d'activités criminelles, ils peuvent alors servir de lien entre les deux communautés immigrées, tout comme le seront plus tard (au début des années 1990) les citoyens albanais hellénophones13 vivant au pays des aigles, qui mettent en contact des criminels grecs et albanais aussi bien en Grèce qu'en Albanie14. Ainsi outre des Albanais liés à des mafieux turcs, des trafiquants albanais originaires de Yougoslavie et installés en Turquie collaborent avec la mafya à Istanbul.

Tirana et la question du Kosovo

L'émergence de groupes criminels albanais originaires de Yougoslavie doit aussi être observée à la lumière de leur situation politique, avant tout au Kosovo. C'est dans le cadre du financement des mouvements politiques des albanais de l'ancienne Yougoslavie, exilés en Allemagne et en Suisse, que sont mentionnés les premiers liens supposés avec le milieu du banditisme kosovar et le trafic de stupéfiants.

Les Albanais de l'ex-Yougoslavie, vivaient dans l'un des pays clefs de la traditionnelle route des Balkans. Lors de la création, au milieu des années 1970, des groupuscules politiques marxistes-léninistes au Kosovo, la coopération entre Tirana et Prishtina (capitale du Kosovo) a été essentielle. Ces groupes furent principalement créés par des étudiants de l'université de Prishtina (UP). L'aide des autorités albanaises à cette université permettait à des Albanais de Yougoslavie de se rendre en Albanie et à des Albanais de la République d'Albanie de se rendre et de séjourner officiellement en Yougoslavie avant de retourner ensuite dans leurs pays respectifs. On soupçonne certains trafiquants albanophones de l'ex-Yougoslavie de s'être installés à Tirana, dès le début des années 1980, profitant de ces déplacements transfrontaliers.

Concernant les interactions entre criminalité et mouvements politiques, C. Chiclet écrit : « En février 1982, des militants maoïstes partisans de la dictature d'Enver Hodja fondent, en Turquie, le Mouvement pour la République albanaise de Yougoslavie (LRSHJ), fusion de quatre groupuscules maoïstes: le Front Populaire, le Parti communiste marxiste-léniniste de Yougoslavie, le Mouvement pour la libération du Kosovo et des territoires albanais occupés, créé par Jusuf et Bardosh Gërvalla, et l'organisation marxiste-léniniste du Kosovo, de Kadri Zeka » puis « En 1983, les frères Gërvalla et Kadri Zeka, liés à la pègre kosovare de Bienne, en Suisse, sont assassinés par les services spéciaux yougoslaves »15 .

Plusieurs éléments se dégagent de ce bref rappel historique. D'abord ces différentes formations nées sans doute sous l'impulsion idéologique de Tirana se regroupent en Turquie en 1982, pays qui, sous l'angle criminel, est à l'époque le principal centre de distribution de l'héroïne pour l'Europe. La ville helvétique de Bienne est également un lieu significatif. C'était un endroit stratégique dans le trafic international d'héroïne au début des années 1980, plus précisément de 1979 à 1983. Certains parrains d'Istanbul, liés aux « Loups gris » y auraient rencontré des militants politiques kosovars et des truands albanais16 (C. Chiclet est toutefois le seul à évoquer ces liens).

Nous avons déjà mentionné le fait que la Yougoslavie était un maillon essentiel de la route des Balkans en ce qui concerne le trafic de stupéfiants. La société yougoslave étant plus ouverte que l'albanaise, les Albanais qui y vivaient pouvaient émigrer plus facilement et garder des contacts avec leurs familles, pour lesquelles ils constituaient un soutien financier important.

Cette situation a changé en 1981, après les manifestations du mouvement albanais du Kosovo, qui ont donné lieu à une répression systématique et massive. Les autorités yougoslaves ont alors forcé de nombreux Albanais à émigrer vers la Suisse, l'Allemagne et les Etats-Unis. Cela a eu pour effet une augmentation du nombre d'albanophones impliqués dans le trafic de stupéfiants au sein de la diaspora.

En bref, l'évolution du contexte politique au Kosovo entre les années 1970 et les années 1980, marquée par des revendications politiques de plus en plus affirmées, a donné lieu à deux processus de rapprochement importants. D'abord, l'influence de l'Etat albanais se fait sentir sur une partie des cercles albanais kosovars politisés, des contacts se nouent entre Tirana et Prishtina comme dans la diaspora, au moment où l'Etat albanais commence à tolérer des activités économiques douteuses sur son territoire. Ensuite, ces cercles kosovars émergents et contraints à l'exil, voire éventuellement à un certain degré de clandestinité pour éviter la répression de Belgrade (même à l'étranger), peuvent se trouver en relation avec le milieu criminel albanais lui aussi en développement, qui profite aussi bien du renforcement des filières balkaniques des trafiquants d'héroïne turcs que d'un réservoir de main d'œuvre croissante alimentée par la pression des autorités yougoslaves sur les Albanais du Kosovo.

Les pionniers de la diaspora

Aux situations spécifiques de la République d'Albanie et des Albanais de la Yougoslavie socialiste, il faut ajouter le rôle notable des membres de la diaspora qui ont été des acteurs décisifs dans la structuration des groupes de la COA.

Il faut d'abord observer que l'implication d'acteurs albanophones dans le trafic de drogue intervient au moment où le trafic international d'héroïne connaît une évolution très porteuse pour les filières transitant par la Turquie, filières sur lesquelles les acteurs albanophones sont justement bien situés. L'année 1979 est en effet une date clé puisque l'invasion de l'armée soviétique en Afghanistan17 et la Révolution islamique en Iran stimulent dès l'année suivante le développement des filières du Croissant d'or vers les marchés européen et nord-américain. Alors que les trafiquants turcs contrôlent une grande partie de l'approvisionnement européen en héroïne et s'imposent progressivement comme les premiers fournisseurs des réseaux mafieux italiens et balkaniques, les acteurs albanophones émergents bénéficient de leurs liens particuliers avec la Turquie pour tisser leurs propres réseaux diasporiques.

Dans la diaspora, c'est notamment aux Etats-Unis que des Albanais se font remarquer dès la fin des années 1970. L'une des premières personnes impliquées dans une affaire de trafic de drogue est Frederik Durda, qui a émigré à New York pour échapper à la justice albanaise en 1976 et qui est condamné et emprisonné aux Etats-Unis au cours des années 1980 pour trafic de stupéfiants. Néanmoins, le réseau mis en place à New York vers 1979 par les Albanais Skender Fici et Xhevdet «Joey» Lika semble être plus déterminant pour l'arrivée des albanophones sur le marché lucratif des Etats-Unis18. Utilisant pour couverture une agence de voyage (Theresa Worldwide), les deux hommes ont importé pendant cinq ans de la drogue en organisant des déplacements en Turquie et en Yougoslavie.

À la même époque opère également à New York le trafiquant de cocaïne Xhevdet Mustafa. Il se rend célèbre en 1982 lorsqu'un commando souhaitant provoquer par la force le retour du roi des Albanais sur le trône débarque sur les côtes albanaises et s'y fait en fin de compte massacrer. Parmi eux se trouvait Xhevdet Mustafa, dont le procès pour trafic de stupéfiants s'était ouvert la même année à New York. A-t-il contribué au financement de cette opération militaire à l'aide des revenus de ces activités illicites ou bien s'est-il joint à l'audacieux débarquement afin d'échapper à la justice américaine ? Cette dernière probabilité n'exclut évidemment pas la première19. Cet épisode aux tenants et aboutissants incertains met déjà en lumière les possibilités de liaisons entre acteurs criminels et projets politiques.

Dès les années 1970, des Albanais (parmi lesquels Abedin Kolbiba, Anton Spaçi et Zef Mustafa) travaillent au service de La Cosa Nostra (LCN), la mafia italo-américaine, principalement à New York et acquièrent ainsi une expérience importante du crime organisé. Certains de ces criminels albanophones qui ont fait leur parcours aux EUA retournent en Albanie après la chute du communisme et y poursuivent leurs activités, assumant eux aussi un rôle structurant pour le milieu criminel local, tout en lui facilitant les contacts internationaux.

En 1984, se produisent deux évènements offrant de nouvelles opportunités aux Albanais du nord-est des Etats-Unis. D'une part, le réseau de Xhevdet Lika est en partie démantelé, son chef est arrêté et condamné pour avoir importé entre 1979 et 1984 au moins 55 kilogrammes d'héroïne aux Etats-Unis. Le trafiquant tente alors de faire assassiner le responsable américain de l'enquête policière, Jack Delmore, ainsi qu'un assistant du procureur chargé d'instruire l'affaire, Alan Cohen 20. D'autre part, c'est également en 1984 qu'ont lieu les premières arrestations liées à la « Pizza Connection », qui connaît son véritable dénouement en 1986. Cette affaire présente un double intérêt, puisque, d'une part, elle met en évidence le rôle des Albanais comme collaborateurs de second plan de la LCN, notamment dans la protection des pizzerias, et d'autre part, parce que le rude coup porté à cette filière «sicilienne», déjà affaiblie par la guerre des clans à Palerme, ouvre la voie à d'autres groupes de trafiquants, asiatiques, afro-américains, hispaniques mais aussi albanais, et ce, alors que l'immigration des Albanais de Yougoslavie s'accroît dans la seconde moitié des années 1980.

Pour les forces de l'ordre américaines, les criminels albanophones sont répertoriés dans la catégorie des « YACS » (Yougoslaves, Albanais, Croates, Serbes). Ce schéma semble se retrouver également en Europe, puisque dans les réseaux contrôlés par des Turcs pendant les années 1980, notamment en Suisse, se côtoient des Serbes, des Hongrois, des Tchécoslovaques et des Albanais 21. Les liens avec la LCN ne sont pas l'exclusivité des albanophones puisque des Serbes se font également remarquer par leurs liens avec les mafieux italo-américains. On peut notamment nommer Asanin Darko22 ou encore Bosko Radonjic23. Ces derniers, tout comme certains albanophones collaborant avec la LCN retournent dans les Balkans après 1990 pour continuer et développer leurs activités criminelles.

Dans le cadre du trafic de stupéfiants, notons enfin qu'il y a eu jusqu'à une période très récente une collaboration entre Serbes et Albanais, en plusieurs étapes stratégiques de la route yougoslave, de Veliki Trnovac à la capitale Belgrade. Tim Judah24 évoque d'ailleurs le développement de la criminalité organisée dans cette ville à partir des années 1990 en faisant référence à Chicago pendant les années 1930. Le parcours du tristement célèbre et défunt Zeljko Raznatovic dit Arkan, homme de main présumé des services secrets yougoslaves et figure de proue du milieu belgradois, suit dans les années 1970 et 1980 les pays où les Albanais du Kosovo ont émigré en nombre (de la Suisse à la Suède en passant par les Pays-Bas et la Belgique où il a été lié à des membres du milieu albanais). Outre ces liens avec la pègre albanophone d'Europe occidentale, on le soupçonne d'avoir organisé des trafics divers avec des albanophones à partir de 1993 lorsqu'il a été élu député au Kosovo. Ainsi, l'implication tout aussi marquée de Serbes et d'autres citoyens yougoslaves dans le crime organisé, parfois aux côtés d'Albanais, laisse ouverte la possibilité qu'il y ait eu occasionnellement des liens entre des services secrets yougoslaves et certains truands albanais, comme cela a pu être le cas pour des truands croates ou bosniaques.

Quel que soit leur poids relatif, les relations troubles de l'Etat albanais avec les mafias italiennes, les liens naissants entre des Albanais originaires de Yougoslavie et des trafiquants de Turquie, la question albanaise au Kosovo et enfin les expériences criminelles de la diaspora albanophone dans le monde occidental, sont autant d'éléments, qui entre la fin des années 1970 et la seconde partie des années 1980, ont donné naissance à la COA. Concernant l'activité principale de cette criminalité, en l'espèce le trafic d'héroïne, toutes ces circonstances favorisent leur développement, depuis les facilités d'accès au produit (par les filières turques), aux connections criminelles majeures (les organisations italiennes et italo-américaines, les groupes balkaniques) en passant par une implantation internationale (notamment outre-Atlantique). La décennie 1990 voit la COA connaître son véritable développement, spectaculaire car constamment stimulé par une accumulation d'évènements politiques et économiques au cœur de l'aire de peuplement albanophone, en Albanie et au Kosovo.

La structuration de la Criminalité Organisée Albanophone (COA)

C'est à la lumière des événements qui ont conduit à l'introduction du multipartisme en République d'Albanie en 1990 puis à la victoire du Parti démocratique aux élections législatives de mars 1992 qu'il faut appréhender la phase de développement accéléré que connaît alors la COA. Cette période est d'une importance cruciale en Albanie puisque le changement de régime a entraîné la structuration des organisations criminelles et les rapprochements de celles-ci avec les milieux politiques et économiques locaux. Dans le cas de l'Albanie, comme pour d'autres anciens pays communistes, on assiste à une concurrence acharnée entre deux forces antagonistes mais finalement assez semblables. L'ancienne nomenklatura, qui peut s'appuyer sur les structures et les réseaux développés avant 1989, fait face aux forces anti-communistes ou libérales (également issus de la nomenklatura communiste), qui doivent s'affirmer et créer leurs propres réseaux d'influence et de pouvoir.

La fin du régime communiste

L'année 1991 est celle de l'affrontement entre le Parti démocratique albanais (PDA), principal parti d'opposition fondé en décembre 1990, et le Parti du travail d'Albanie (PTA) qui se transforme en Parti socialiste albanais (PSA) en juin 1991. Le PDA a perdu les élections législatives de mars 1991, face au PTA qui avait l'appui de l'électorat rural. Le PDA s'évertue alors à miner l'économie du pays afin d'affaiblir son adversaire. Cette situation est décrite par Pierre et Bruno Cabanes comme suit: « Le Parti démocratique n'avait qu'un programme : la théorie du `niveau zéro', qui passait par la destruction des usines, des mines, des plantations, des coopératives agricoles, et un slogan: `Éradiquer le communisme' »25.

Pour le PDA, premier parti d'opposition par le nombre d'adhérents et de suffrages recueillis, la question du financement semble difficile à résoudre. Les dirigeants du PDA se sont alors vraisemblablement rapprochés de la COA, en acceptant des contributions financières, notamment des Albanais du Kosovo. Ces derniers espéraient l'arrivée au pouvoir de Sali Berisha qui avait tenu, avant les élections de 1992, un discours nationaliste orienté vers les Albanais de Yougoslavie.

Le poids politique croissant du PDA, qui parvient à imposer un gouvernement de coalition malgré sa défaite aux élections de mars 1991, et les opportunités offertes par la déstabilisation du pays pour les activités criminelles ont conduit des membres du Sigurimi, l'ancienne police politique, à créer le premier groupe constitutif de la COA26 à Vlora en 1991. Il est encore très difficile de dire dans quelle mesure les dirigeants du PSA, majoritairement originaires du sud du pays, ont alors influé sur la création de ces groupes, afin de conserver des leviers de pouvoir informels et une manne financière importante face à une perte certaine du pouvoir politique. C'est en effet au moment de la dissolution officielle du Sigurimi (qui devient le Service d'Information National ­ SHIK), en juillet 1991, que le premier groupe de la COA se forme en Albanie. D'autres groupes constitués également par d'anciens membres du Sigurimi sont créés en Grèce27. Les criminels grecs en liaison avec ces groupes ont joué un rôle majeur dans le développement des cultures de cannabis au sud de l'Albanie, délocalisant leurs propres cultures du Péloponnèse et de la Thessalie à la suite du durcissement de la législation en Grèce. Dans ce contexte de mise en place de structures de pouvoir parallèles, les premiers groupes du crime organisé en Albanie se sont formés dans le sud du pays. Quant au SHIK, on estime qu'environ 60% des effectifs de l'ancien service ont été renouvelés dès 1992, suite à l'arrivée au pouvoir du PDA, ce qui a évidemment laissé quelques milliers d'agents sans emploi et à la recherche d'activités de substitution28. Un renouvellement aussi rapide laisse, par ailleurs, planer des doutes sur le recrutement et la formation des nouveaux effectifs.

Sur le plan économique, on assiste à un véritable effondrement du système de production et de distribution qui provoque des exodes massifs et des émeutes de la faim dans certaines régions. La communauté internationale, l'Italie en particulier, placent le pays « sous perfusion » humanitaire.

Les manifestations de la faim qui se déroulèrent en 1991 eurent pour conséquence le développement d'un marché noir de denrées alimentaires, lui-même largement stimulé par le détournement de l'aide humanitaire. Fatos Nano, la figure principale du Parti socialiste, Premier ministre en 1991, a été emprisonné en 1993, officiellement pour avoir contribué au détournement de l'aide humanitaire, bien que le véritable objectif de cet emprisonnement ait été pour S. Berisha d'écarter Fatos Nano du paysage politique albanais. Concernant l'aide apportée par la communauté internationale, Jean-Arnault Dérens écrit à la fin des années 1990: « L'aide internationale représente pourtant toujours plus du quart du PIB du pays, et surtout bien peu d'activités productrices de richesses se font jour en Albanie. L'économie réelle du pays continue de dépendre du revenu des travailleurs immigrés et des activités illégales »29.

Les vagues d'exodes massifs débutent en juillet 1990 avec « l'épisode des ambassades ». Des milliers d'Albanais se réfugient dans les ambassades occidentales afin de pouvoir quitter le pays. Plus tard, ce sont les « boat people », qui depuis les plages albanaises traversent le canal d'Otrante sur toutes des embarcations de fortune pour rejoindre l'Italie, inaugurant une filière pour le trafic d'êtres humains qui n'a toujours pas cessé. Les « clients » de cette véritable industrie parallèle, uniquement Albanais dans un premier temps, ont fait place successivement aux Kurdes, aux Chinois, etc.

Concernant les émigrés albanais, Artan Fuga cite comme première activité possible dans le pays d'accueil en Europe occidentale: « … Des métiers clandestins répréhensibles par la loi (passeurs des frontières, trafiquants, prostituées, contrevenants)»30. Ce trafic d'êtres humains se double notamment du trafic de drogues. En effet dans les embarcations traversant le canal d'Otrante, on « leste » éventuellement ces passagers de paquets de drogues destinés à des groupes italiens. En 1991 s'installe dans la banlieue de Brindisi (Fasano) l'Albanais Amarildo Vrioni, qui aurait contrôlé l'un de ces premiers réseaux de trafic d'êtres humains, de drogue et d'armes. Les deux activités (le détournement de l'aide humanitaire et le trafic d'êtres humains) révèlent l'influence et le contrôle croissants qu'acquièrent à partir de 1991 des groupes criminels dans les zones portuaires du pays, étape fondamentale pour pouvoir développer ensuite des activités plus lucratives et des trafics d'une autre envergure.

À l'intérieur du pays, la fin du monopole de la violence par l'Etat favorise le développement des groupes susceptibles de concurrencer son autorité. La société devient en très peu de temps très violente. Outre le retour des vendettas, on assiste aussi à celui des bandits de grands chemins qui terrorisent la population. Artan Fuga souligne que: « D'autre part, dans des régions où l'ordre public est en ruine, ce n'est pas le droit et la justice qui tranchent sur des conflits de propriété, mais la loi du plus fort. Souvent, le plus fort n'est pas l'ancien propriétaire, mais d'autres personnes telles que d'anciens fonctionnaires de l'Etat communiste, des employés de la nouvelle administration, des nouveaux riches, des personnes appartenant à des cercles mafieux, etc.… »31.

Le Parti Démocratique Albanais au pouvoir

L'arrivée au pouvoir du PDA après la victoire aux élections législatives de mars 1992 marque une nouvelle étape du processus de développement de la COA en République d'Albanie. Comme leurs prédécesseurs, les dirigeants du Parti démocratique arrivés au pouvoir ont très vite estimé que tous ceux qui n'étaient pas de leur côté devenaient des ennemis potentiels. La situation politique est difficile et la tâche apparaît immense, ce qui pousse S. Berisha à s'entourer de fonctionnaires indubitablement fidèles. Au nom de la lutte contre le danger communiste, de nombreux « sudistes » perdent leurs postes dans l'ensemble des institutions étatiques au profit des « nordistes ». Pour le nouveau président, originaire du sérail communiste, cette politique d'appui systématique sur le nord du pays devait également servir de gage prouvant sa volonté de fracture avec l'ancien régime et son intérêt pour sa région d'origine. Les responsables les plus qualifiés (militaires, fonctionnaires, universitaires, etc.) se retrouvent sans emploi. Cette politique de méfiance envers le personnel du régime précédent débute dès 1992 puis est renforcée en 1995 avec l'adoption d'une loi spécifique.

Compte tenu de cette attitude politique guidée par une certaine « préférence régionale », il est très compréhensible que Sali Berisha n'ait rien fait pour empêcher les violations importantes de l'embargo international sur la Yougoslavie, instauré le 31 mai 1992, deux mois seulement après son arrivée au pouvoir. A ses yeux, il aurait été inconcevable de pénaliser le nord du pays, directement concerné par ces restrictions commerciales aux frontières du Kosovo et du Monténégro, dans un contexte économique déjà très difficile. Divers trafics se développent alors aisément, en premier lieu celui de produits pétroliers, devenant bientôt l'une des principales ressources économiques du pays, d'autant plus que les opportunités de contrebande augmentent encore et se diffusent sur le territoire au début de l'année 1994 lorsque la Grèce décrète un embargo unilatéral sur la République de Macédoine32, décision qui renouvelle le rôle clé de l'Albanie dans le contournement des embargos.

La puissance et le développement rapide de la COA doivent aussi être envisagés dans le contexte des privatisations33. Celles-ci auront pour conséquence un exode rural massif, provoqué par la fin des coopératives étatiques, la parcellisation des terres et la dévalorisation du travail agricole. L'exode rural est le phénomène déterminant de la transformation sociale depuis 1990 en Albanie. Ces « paysans-chômeurs » comme les définit Artan Fuga34, représentent selon lui 20 à 30% de la population dans certaines villes. Pour les plus pauvres d'entre eux, la participation à des activités criminelles semble être une alternative tout aussi envisageable qu'une autre. Les privatisations favorisent également l'augmentation de la violence par les litiges qu'elles engendrent. L'appropriation des terres étant aussi difficile à organiser qu'à contrôler. Dans ce cadre, des criminels ont su s'emparer des terres sur lesquelles ils cultivent les plantes à drogues.

Au vu du contexte de la fin du régime communiste évoqué précédemment et de ses implications dans le développement régionalisé de certaines activités illégales et criminelles, ce n'est sans doute pas un hasard si les premières cultures de chanvre découvertes en Albanie le furent dans le sud, en pays tosque (Fier, Vlora, Tëpelen). En outre, la superficie moyenne des propriétés est plus grande au sud que dans le nord et les terres sont plus faciles d'accès. Cette concentration géographique des plantations dans le sud du pays est aussi due à la proximité du marché grec, dont les pourvoyeurs locaux ont joué un rôle dans l'établissement des cultures en Albanie dès 1991. À partir de 1994, l'exportation massive de produits du cannabis vers l'Italie puis vers d'autres pays d'Europe occidentale est la conséquence de l'augmentation et de l'amélioration de la production. Depuis 1999, le produit de ces cultures est exporté au Kosovo, en Serbie et dans d'autres pays des Balkans. Depuis l'année 2000, plusieurs cargaisons de haschisch albanais ont été également acheminées vers la Turquie.

La place majeure occupée par le sud du pays dans la production et les réseaux d'exportation des dérivés du cannabis reste effective, comme l'a montrée l'arrestation du groupe d'Arben Grori au début de l'année 2001. Ce groupe opérait sur le territoire italien en distribuant des quantités importantes de chanvre cultivé dans le triangle Fier-Vlora-Berat.

Malgré l'attrait pour l'accumulation de terres agricoles et l'usage illégal qui en est fait, c'est dans les principaux centres urbains du pays que se sont installés les groupes les plus puissants. C'est l'une des caractéristiques de la COA en Albanie. Outre les villes frontalières avec la Grèce, ces groupes sont plus dynamiques sur le littoral, épousant ainsi le développement connu par la plaine côtière de l'ouest entre 1960 et 198535. La capacité de pénétration de l'économie légale par la sphère criminelle explique cette localisation préférentielle. Il est donc judicieux de définir un axe nord-sud, Shkoder ­ Durrës ­ Vlora, qui apparaît à la fois incontournable et structurant pour la COA. La capitale de la République d'Albanie, Tirana, est quant à elle le lieu de la «haute politique» et des rencontres d'affaires pour l'ensemble des groupes de la COA.

Shkoder est la capitale des groupes de la COA issus de la population guègue d'Albanie. Cette ville fut notamment le point névralgique de la contrebande destinée à contourner l'embargo international à l'encontre de la Yougoslavie. Elle est également le lieu privilégié de rencontre entre les groupes criminels provenant de Yougoslavie et ceux de la COA où s'entremêlent encore aujourd'hui de nombreux trafics (drogues, cigarettes, filles destinées à la prostitution).

Le port de Durrës est le véritable centre du trafic de drogues en Albanie, en particulier le terminal de la route sud des Balkans qui permet à l'héroïne d'Istanbul d'atteindre les grands ports d'Italie, Bari, Ancône et Trieste. Les membres de la criminalité organisée de cette ville constitueraient une sorte d'élite. Dans plusieurs cas, la police a été surprise d'arrêter des personnes appartenant à des groupes de cette ville avec des passeports américains en règle. C'est à Durrës que Daut Kadriovski, le parrain albanais originaire de Macédoine, a été interpellé en septembre 2001. En fait, la plupart des groupes mafieux puissants dans le pays, impliqués généralement dans le trafic de drogues, se doivent de disposer d'une antenne à Durrës pour organiser leurs activités.

Quant à la ville de Vlora, c'est le lieu principal du trafic des êtres humains vers l'Italie, que ce soient des immigrants clandestins (des Balkans, du Moyen-Orient ou d'Asie) ou des filles (originaires d'Europe orientale) destinées à la prostitution. On évalue à environ 10 % la population de cette ville impliquée directement ou indirectement dans les trafics locaux. Vlora fut aussi un lieu important de recrutement pour le Sigurimi, et demeure donc aujourd'hui une base pour de nombreux groupes de la COA liés à l'ancienne police secrète36.

Le développement du crime organisé, en région rurale comme dans les grands centres urbains, bénéficie largement de la corruption qui s'est généralisée dans le pays, conséquence des difficultés économiques et des différences criantes de niveau de vie qui touchent les populations. Cela s'explique dans le cadre des relations économiques régionales. Alors que l'Albanie est l'un des pays les plus pauvres d'Europe (PNB/hab = 2804$37), elle a comme partenaire économique privilégié deux pays de l'UE: la Grèce (PNB/hab = 13943 $38) et l'Italie (PNB/hab = 20585 $39). L'un des indices les plus révélateurs de cette corruption est le nombre de membres des forces de l'ordre impliqués dans les activités illégales.

Si la corruption des forces de l'ordre est importante, les informations sur les membres du Sigurimi qui se seraient intégrés au SHIK et auraient développé des trafics afin d'assurer le financement du PDA sont extrêmement rares, même si cela est très probable. Outre les membres des forces de l'ordre et des services secrets, ce sont surtout les membres de l'ancienne nomenklatura communiste, issus majoritairement du sud du pays qui ont rapidement joué un rôle majeur dans les activités illicites, notamment le trafic de cigarettes40.

Le trafic de migrants clandestins s'appuie aussi sur certains membres de l'ancienne nomenklatura. Les facilités offertes par le climat local et les relations de l'époque communiste entre Tirana et la République populaire de Chine ont amené l'installation de membres des triades à Vlora, réactivant des contacts entre les anciens responsables du Parti communiste de Pékin et du Parti du travail albanais (PTA), avec l'appui des cadres du Sigurimi. Cette association a été signalée par Roger Faligot, un spécialiste de la mafia chinoise, qui écrit à propos de ces groupes asiatiques: « Ce type de mafia n'hésite pas à s'allier avec d'autres groupes mafieux d'Europe orientale, obtenant parfois grâce à eux la bienveillance de certains secteurs des services de sécurité corrompus, en Russie, en Serbie, en Albanie… »41.

Il est intéressant d'observer un autre élément révélateur du dynamisme des activités criminelles dans la partie méridionale du pays : la découverte, en 1993, d'un laboratoire d'héroïne à la frontière albano-grecque. En fait, la présence de laboratoires d'héroïne à proximité ou au sein même de l'espace albanophone (en Macédoine et au Kosovo notamment) est fortement soupçonnée depuis 1994.

Au-delà des anciennes collaborations politiques, la situation générale du pays et la difficulté de l'Etat à gouverner ont fait de l'Albanie à la fois une base arrière et une tête de pont (en fonction de l'orientation des filières et du pays d'origine des groupes criminels) pour organiser des activités illégales internationales. Dès la fin de l'année 1992, le ministère de l'Intérieur italien relevait la forte représentation dans les villes albanaises d'individus originaires des Pouilles actifs dans diverses affaires de contrebande. À la fin du mois de juillet 1999, l'intérêt stratégique de l'Albanie pour les mafieux italiens, provenant des Pouilles en particulier, a été une nouvelle fois confirmé par l'arrestation à Tirana de Giuseppe Muolo, chef d'un clan criminel de la Sacra Corona Unita (SCU), recherché par la police italienne pour plusieurs meurtres et qui semblait opérer en association avec des criminels albanais entre Tirana et Durrës.

Dans un tel environnement, le ressentiment de la population à l'égard de la classe politique est alimenté par le constat que les décideurs détournent des fonds à des fins d'enrichissement personnel ou pour octroyer des bénéfices à leurs clans ou aux régions dont ils sont originaires (le nord des Guègues ou le sud des Tosques).

L'Albanie de Sali Berisha est donc tiraillée entre, d'une part, un gouvernement inexpérimenté et trop partisan qui tolère des activités illégales pour parer aux restrictions commerciales qu'on lui impose de l'extérieur et, d'autre part, des groupes affairistes issus du régime précédent et reconvertis en partie dans la sphère criminelle afin de conserver une influence certaine.

La chute de Sali Berisha et le retour des socialistes au pouvoir

La signature des accords de Dayton le 14 décembre 1995 et la levée progressive des embargos imposés à la Yougoslavie en 1996, laquelle avait déjà été précédée par la levée du blocus grec contre la Macédoine le 15 octobre 1995, ont signifié la disparition d'une des principales sources de revenus des criminels d'Albanie, le trafic de carburant. De même, la fin de la guerre dans la région a considérablement freiné le trafic d'armes local. Enfin la route des Balkans traditionnelle de l'héroïne, à travers les territoires de l'ex-Yougoslavie, a été progressivement réouverte, diminuant l'attrait des trafiquants, notamment de Turquie, pour les routes alternatives dont l'Albanie était un maillon important.

Ainsi, la fin de l'année 1995 et l'année 1996 constituent un tournant majeur pour la COA. D'abord, pour la première fois, des personnalités politiques albanaises de premier plan, Tritan Shehu, ancien ministre des Affaires étrangères, Agron Musaraj ministre de l'Intérieur jusqu'aux élections de 1996, et Safet Zhulali, le ministre de la Défense, sont mises en cause42, par les autorités américaines, pour leur participation à divers trafics illicites, ce qui marque la fin du soutien international au pouvoir de Sali Berisha, en voie d'affaiblissement. Ensuite, on assiste à une expansion des criminels albanophones en Europe centrale et occidentale, bon nombre des groupes actifs en Albanie depuis 1991 ayant sans doute considéré que la situation régionale offrait désormais moins d'intérêt. Au cours de l'année 1996, l'implantation et la présence plus marquée de groupes albanophones sont observées dans plusieurs villes européennes. Milan, Prague deviennent des centres stratégiques. La COA renforce sa position notamment en Italie et en Europe centrale (République tchèque, Hongrie) et prend position dans des pays où elle était encore faiblement présente comme l'Espagne. C'est principalement en contrôlant la prostitution et le trafic de stupéfiants que les groupes de criminels albanophones assoient leur puissance43.

Sur le plan de la politique intérieure, les élections législatives de mai 1996 voient la victoire du Parti démocratique d'Albanie. La régularité de celles-ci est très contestée. C'est aussi à la fin 1996, que les premières sociétés pyramidales connaissent des faillites, suite logique du ralentissement des activités de contrebande et des trafics dans la région.

En 1997, le chaos qui suit la faillite des sociétés pyramidales attire l'attention de la presse internationale. Cette crise met brutalement fin au développement économique de l'Albanie, qui s'était particulièrement affirmé pendant les années 1993-1994. Cette amélioration ne s'expliquait pas par l'augmentation de la production industrielle ou agricole mais avant tout par l'aide étrangère, la spéculation effrénée dans un pays saisi par la fièvre de l'enrichissement facile (largement suscitée et encouragée par le gouvernement) et surtout par l'ampleur des divers trafics locaux, dont ceux qui sont organisés au nord du pays pour contourner l'embargo international contre la Yougoslavie. Cette dernière manne financière pouvait s'élever quotidiennement à un million de dollars durant les années 1993-1994. La complicité coupable des partis politiques albanais et l'afflux de l'argent émanant des trafics expliquent la longévité des pyramides mises en place en République d'Albanie.

Privée de l'apport de ces liquidités, une partie de la population tente de récupérer les avoirs placés dans les sociétés pyramidales, accélérant ainsi leur chute et entraînant le pays dans un chaos généralisé. On observe alors avec une certaine interrogation des groupes armés dans le sud du pays qui non seulement empêchent l'armée de pénétrer dans certaines villes mais demandent aussi le retour des socialistes44 aux commandes du pays. Certains de ces groupes armés qui contestent le pouvoir de Sali Berisha sont en fait dirigés par des membres importants de la criminalité organisée albanaise comme Zani Caushi à Vlora et plus tard Nehat Kulla à Tirana, libéré de prison à l'occasion des émeutes. Le déroulement du soulèvement et la qualité de ses acteurs principaux suscitent une question. Les groupes criminels au sud du pays avaient-ils quelques assurances de pouvoir continuer leurs activités plus librement avec le Parti socialiste albanais à la tête de l'Etat?

La déstabilisation de l'Albanie a eu ensuite des répercussions dans la province du Kosovo qui connaît un afflux d'armes dans la seconde partie de l'année 1997 puisque les dépôts militaires d'Albanie ont été systématiquement pillés par les émeutiers au printemps 1997. L'interaction constante entre les évènements en Albanie et au Kosovo est réaffirmée dès l'année suivante, en sens inverse cette fois. À partir de 1998, l'intensification du conflit entre les Albanais du Kosovo et les forces de sécurité serbes puis les bombardements des forces de l'Otan sur la Yougoslavie au printemps 1999 et la campagne de nettoyage ethnique qui s'ensuit provoquent un exode massif de réfugiés kosovars vers l'Albanie. Une nouvelle fois, l'aide humanitaire internationale véhiculée à travers l'Albanie fait alors l'objet de vastes détournements qui enrichissent les groupes criminels locaux et accentuent leur emprise sur les populations.

Enfin, on peut évoquer la dernière grande affaire criminelle ayant eu lieu en Albanie en février 2001, car elle est à notre avis très représentative des modalités d'émergence de la COA et du degré de développement qu'elle a atteint aujourd'hui. On y retrouve concentrés la plupart des éléments qui ont contribué à la structuration de la COA. Elle met également en évidence le rôle qu'occupe l'Albanie sur la scène internationale du trafic de stupéfiants. Frederik Durda, arrivé aux EUA en 1976 et condamné à New York pour trafic de drogue au cours des années 1980, est arrêté en février 2001 en Albanie avec son frère dans le cadre d'une enquête internationale initiée en 1998 à travers une dizaine de pays en Amérique du sud et en Europe. L'opération internationale « Journey Italia » donne alors lieu à quarante-trois arrestations, en plus des deux frères à Tirana. Frederik Durda avait effectué plusieurs voyages en Colombie et avait garanti à des barons de la drogue de Medellin que l'Albanie serait le pays idéal pour stocker plusieurs tonnes de cocaïne avant une redistribution en Europe occidentale. Son organisation s'appuyait sur une collaboration étroite entre des groupes criminels de premier plan en Albanie, en Colombie et sans doute aussi en Italie. L'opération policière a été menée principalement contre des Italiens, des Colombiens, des Grecs et des Albanais. Des membres importants des autorités judiciaires et policières d'Albanie ont été impliqués dans cette affaire.

En plus des suites difficiles de la sortie du communisme, la montée en puissance de la COA en Albanie a aussi reposé, comme on l'a vu précédemment, sur des événements politiques et économiques régionaux. En effet, l'espace de peuplement albanophone, bien qu'il s'étende sur plusieurs Etats, possède certains éléments d'unification et il faut considérer le Kosovo comme le deuxième pôle de développement de la criminalité organisée albanophone, depuis la fin des années 1980 et le début des années 1990.

L'éclatement de la Yougoslavie

Au moment où le processus de démocratisation de la société est engagé en Albanie, les autorités de Belgrade vont progressivement retirer aux provinces autonomes du Kosovo et de Voïvodine leur statut. Cela aura pour conséquence le renforcement de la présence policière au Kosovo et l'organisation et la structuration du mouvement national albanais et de la marginalisation économique et sociale de la population albanaise au profit de la minorité serbe. Le mouvement national albanais réagit en entamant un processus d'organisation et de structuration notamment par la mise en place d'une société parallèle organisée par les Albanais.

La suspension du statut de province autonome du Kosovo le 28 mars 1989, constitue un tournant pour la population albanaise et symbolise l'offensive nationaliste de Slobodan Milosevic. Les Kosovars vont dès lors en plusieurs étapes affirmer leur indépendance et finiront par la proclamer à la suite du référendum organisé en septembre 1991. La pression grandissante dans la province se traduit également par un exode massif de la population albanaise (350 000 personnes quittent le Kosovo de 1992 à 1995).

Comme on l'a vu précédemment, les membres de la diaspora jouent un rôle majeur dans la structuration de la COA. En effet, les nouveaux arrivants, rencontrant des difficultés d'adaptation et d'intégration dans leur pays d'accueil, sont pour certains d'entre eux pris en charge par des individus déjà impliqués dans le crime organisé, contribuant ainsi au développement des groupes criminels albanophones en Europe.

Cette croissance exponentielle des groupes criminels de la diaspora albanophone a pour conséquence la marginalisation voire l'éviction de leurs premiers concurrents, principalement les autres gangs d'origine balkanique. Néanmoins, il y a des collaborations avec d'autres groupes. Dans l'espace germanophone (Autriche, Allemagne, Suisse alémanique), où les albanophones disposent d'importantes communautés, on trouve aussi des centres névralgiques des groupes mafieux italiens et turcs. Thierry Cretin écrit notamment à propos de la Sacra Corona Unita (SCU) : « Elle disposerait d'une importante colonie en Bavière45». Or initialement le trafic d'héroïne des albanophones a débuté dans les länder du sud de l'Allemagne, en Bavière et dans le Bade-Wurtemberg, qui est le land frontalier de la Suisse, premier pays d'ancrage des albanophones en Europe occidentale. Les liens entre des groupes albanais et des clans de la SCU ayant déjà été observés à différentes reprises au Kosovo, en Macédoine, en Albanie mais aussi en Grèce et en Italie, la géographie des organisations criminelles étrangères en Allemagne nous semble être un élément intéressant à étudier.

Les Albanais du Kosovo qui quittent leur province ne prennent pas tous la direction des pays de l'Europe occidentale, surtout à partir de 1992 puisque ces pays, confrontés à l'afflux de réfugiés en provenance de l'ex-Yougoslavie, durcissent alors leurs lois sur l'immigration. L'ouverture des frontières avec l'Albanie permet à de nombreux Kosovars de s'installer dans ce pays. À partir de Tirana, bien organisés, plus riches, plus instruits et ayant une connaissance plus approfondie de l'Europe occidentale par leurs liens avec la diaspora, ils investissent avec succès l'économie en transition de la République d'Albanie.

Parmi ces nouveaux arrivants qui prennent les rênes de l'économie locale, des individus déjà impliqués dans le trafic de drogues aux Balkans mettent à profit les opportunités offertes par la situation politique et géographique de l'Albanie. C'est en partie grâce aux trafiquants d'héroïne de l'ex-Yougoslavie installés en Albanie que la route sud des Balkans connaît son véritable développement, en coopération étroite avec les Albanais d'Albanie.

Cette collaboration s'est confirmée par la suite dans la diaspora albanophone d'Europe occidentale, les Albanais y travaillant pour les Kosovars, notamment en Allemagne et en Suisse de 1992 à 1996. Le surnom « Tirana boulevard » donné à l'axe Bel-Air-Chaudron46 à Lausanne est un exemple parlant, désignant ainsi le lieu où s'effectue la distribution locale d'héroïne. L'implication croissante de jeunes Albanais d'Albanie dans les réseaux helvétiques du trafic de drogue a permis aux groupes albanophones de conquérir exclusivement le marché local de l'héroïne et de diversifier leurs filières. Selon le rapport de l'Office fédéral de Police helvétique de 1998, les Albanais, originaires d'Albanie ou d'ex-Yougoslavie, arrivent en tête de tous les cantons pour la vente d'héroïne tandis que leur implication dans la distribution de cocaïne est en pleine augmentation.

Bénéficiant d'une expérience plus longue que leurs homologues d'Albanie, les trafiquants albanais de l'ex-Yougoslavie participent dès le début des années 1990 à d'importantes affaires de trafic de stupéfiants, principalement en Suisse et en Allemagne. Dès octobre 1990, les autorités fédérales helvétiques lancent l'opération « Benjamin », visant à stopper un trafic d'héroïne organisé par des Albanais du Kosovo. Cette opération, impliquant huit pays d'Europe centrale et occidentale, a révèle que les mêmes réseaux convoyaient des armes à destination du Kosovo.

De telles organisations criminelles, souvent dirigées principalement par des Kosovars, ont mis en place les réseaux les plus vastes et les mieux structurés. Hormis la route sud balkanique déjà mentionnée, ils sont aussi très actifs sur la route nord balkanique, transitant par l'Europe centrale et aboutissant notamment sur le marché scandinave dont ils sont les fournisseurs les plus importants. L'un des principaux organisateurs sur cet axe a longtemps été Princ Dobroshi, emprisonné en 1993 en Norvège. Il s'évadera en 1997 pour se lancer dans le trafic d'armes parallèlement au trafic d'héroïne. Il a été arrêté à Prague le 23 février 1999.

Les réseaux kosovars demeurent aussi durablement présents en ex-Yougoslavie malgré les tensions et les conflits. Des groupes kosovars installés en Suisse se sont ainsi trouvés au centre de pratiques d'échanges d'armes contre de la drogue en Croatie. Par ailleurs, il faut souligner que la collaboration entre criminels serbes et albanophones, originaires d'ex-Yougoslavie ou d'Albanie, a continué tout au long des années 1990.

Le développement de la lutte armée

Pendant que les réseaux criminels se développent dans les pays européens, la situation au Kosovo évolue. En 1993, l'Armée de libération du Kosovo (UÇK) voit le jour et se manifeste épisodiquement par des assassinats, des attentats et des embuscades visant les forces de sécurité serbes et les collaborateurs albanais dans la province. Mais son action est relativement limitée jusqu'en 1996. Il faut noter que depuis le 24 mai 1992, date à laquelle des élections législatives non reconnues par Belgrade sont organisées par les Albanais au Kosovo, c'est la Ligue démocratique du Kosovo (LDK) qui est au pouvoir. Son président Ibrahim Rugova, est élu Président de la république du Kosovo. Il est confirmé dans ses fonctions lors d'une deuxième élection législative organisée en mars 1998.

Comme cela a été le cas pour l'Albanie, la fin de l'année 1995 et l'année 1996 constituent un tournant important pour les Albanais du Kosovo. Ils sont en effet très déçus de voir leur cause ignorée à Dayton. Un accord sur l'éducation promu par la communauté catholique italienne de Sant'Egidio est signé le 2 septembre 1996, considéré alors comme le dernier geste porteur d'espoir et de rapprochement entre Belgrade et Prishtina. L'objet de cet accord était de favoriser la réintégration des Albanais dans le système éducatif fédéral, mais il devient bientôt la source de critiques à l'égard d'Ibrahim Rugova, le dirigeant de la résistance pacifique contre Belgrade. Signé par Slobodan Milosevic et Ibrahim Rugova, il n'est en fait pas appliqué et suscite la désapprobation du syndicat des étudiants de l'Université de Prishtina. Des tensions se créent au sein de sa formation politique, la LDK. La radicalisation de certains de ses membres devant l'échec de la mise en place de cet accord contribue à renforcer la position des tenants de l'action violente au détriment des pacifistes. C'est pendant cette période que l'UÇK, toujours dans la clandestinité, intensifie ces actions.

En outre, même si cet aspect des évènements est forcément mal connu, il semble indéniable que d'anciens réseaux du temps du régime d'Enver Hoxha ont été réactivés avec l'arrivée au pouvoir du Parti socialiste (PS) en Albanie en juin 1997. Une partie des dirigeants de l'UÇK est issue des groupuscules marxistes-léninistes ayant vu le jour au Kosovo durant les années 1970. C. Chiclet note par exemple qu'un des principaux dirigeants de l'UÇK, Xhavit Haliti, était la personne chargée par les services secrets communistes de Tirana (Sigurimi) de suivre et d'encadrer les groupuscules d'extrême gauche actifs dans la diaspora kosovare47. C'est en novembre 1997 que l'UÇK apparaît officiellement pour la première fois au Kosovo.

La question du financement de l'UÇK

Le début de la guerre ouverte entre les forces de sécurité yougoslaves et l'UÇK a pour conséquence immédiate la dénonciation non seulement par les autorités yougoslaves mais aussi par la presse occidentale des liens supposés entre l'argent de la drogue des réseaux criminels albanais et le financement de l'UÇK.

C. Chiclet, l'un des meilleurs spécialistes48 de l'histoire de l'UÇK, soutient que cette dernière n'était pas au début, vouée au trafic de stupéfiants, mais qu'elle s'est néanmoins servie des réseaux de certains trafiquants pour faire notamment transiter des armes jusqu'au Kosovo. Alain Labrousse, de son côté, écrit : « Dans certaines affaires, la présence de l'UÇK en tant que telle a été clairement établie, notamment par la justice italienne; dans d'autres l'identité des commanditaires des trafics `albanais' est restée occultée, mais ne fait aucun doute »49.

A propos du financement, plusieurs questions aux réponses encore incertaines peuvent être posées. Est-ce que l'argent du trafic de stupéfiants n'a bénéficié qu'à l'UÇK? Quelle a été la part de l'argent du trafic de stupéfiant déposé sur l'ensemble des avoirs bancaires de la LDK et de l'UÇK? La question du recours éventuel au trafic de drogue d'un groupe armé comme l'UÇK pour son financement est en fait difficile à appréhender. Ce mouvement armé, malgré son unité formelle, a longtemps été en réalité une coalition de groupes armés locaux, coordonnés assez tardivement, au fonctionnement et à l'organisation souple et autonome et par ailleurs soumis à des divisions internes latentes50. Dans une telle situation, il est sans doute plus pertinent de s'intéresser à des individus liés directement ou indirectement au mouvement au lieu de chercher des liens improbables avec l'organisation considérée à tort comme rigide, structurée et parfaitement hiérarchisée.

Il est à rappeler que la LDK a mis en place dès 1992 un système permettant au souscripteur de verser 3% de son salaire mensuel sur un compte bancaire. Ces comptes sont ouverts dans les pays où la diaspora est importante. L'UÇK ouvre à son tour des comptes nommés « Vendlindja thërret » (VT ­ La patrie t'appelle) sur lesquels les sympathisants sont appelés à verser la contribution qu'ils souhaitent. Les fonds VT devaient servir à centraliser et à canaliser les financements de l'étranger pour l'organisation alors en voie de structuration, mais, courant 1998, la mise sous séquestre par le procureur helvétique Carla Del Ponte de ces fonds réactive les canaux de financement autonomes des commandants, responsables et soutiens divers kosovars (même si on peut de toute façon douter que les réseaux autonomes de financement aient jamais cessé entre 1997 et 1999). Il nous semble évident qu'à l'instar des autres membres de la diaspora, les criminels originaires de l'ex-Yougoslavie ont sans aucun doute versé de l'argent sur ces comptes.

En ce qui concerne le financement de la résistance des Albanais au Kosovo, il faut évoquer d'une part, le système des fonds mis en place par la LDK comme par l'UÇK et d'autre part, l'argent issu des trafics. L'entrée en scène de l'UÇK a eu pour conséquence l'implication de trafiquants de drogues dans le trafic d'armes. Le cas le plus représentatif a été celui d'Agim Gashi, arrêté en 1998 à Milan51.

D'autres effets éventuels de l'apparition de l'UÇK et de la guerre au Kosovo peuvent être au moins suggérés. Est-ce que ces événements politiques et militaires n'ont pas conduit les services policiers et de renseignement des pays occidentaux à surveiller plus étroitement certains réseaux albanophones? Est-ce que la guerre ouverte au Kosovo n'a pas entraîné une augmentation du volume et de la fréquence des transactions, rendant certains réseaux plus visibles et fragiles que d'autres?

Une sanctuarisation provisoire

Comme nous l'avons déjà mentionné pour la République d'Albanie, les périodes engendrant d'importants changements politiques sont les moments favoris des acteurs criminels pour s'insérer dans la politique et l'économie du pays en transition. L'entrée en scène militaire et politique de l'UÇK au Kosovo, dont les responsables créent des partis politiques après la fin des bombardements de l'Otan en juin 1999, met fin au monopole que détenait jusqu'alors la LDK. Le Kosovo est maintenant dans une période de transition puisqu'il est administré par la Mission d'administration Intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK).

Or, depuis la fin de la guerre, nous avons pu remarquer des mouvements nouveaux pour le trafic de stupéfiants. Pour la première fois et par un intéressant effet de miroir avec la période 1991-1992, des criminels d'Albanie viennent déployer une partie de leurs activités au Kosovo. Pour la première fois des réseaux d'exploitation de la prostitutiony opèrent sur une large échelle. Du cannabis cultivé dans le sud de l'Albanie alimente les marchés kosovar et serbe. Les têtes pensantes d'une partie de ce trafic semblent se trouver en Allemagne et en Suisse, confirmant le rôle moteur et structurant des groupes de la diaspora pour les organisations criminelles albanophones de l'ex-Yougoslavie. L'héroïne provient de Turquie et rejoint ensuite l'Albanie ou le Monténégro.

Le point le plus remarquable en ce qui concerne le trafic de stupéfiants, c'est que la consommation se développe désormais au Kosovo, alors qu'il n'était auparavant qu'une région de transit. En ce qui concerne le trafic de drogue au Kosovo c'est Imer Mushkolaj qui décrit le mieux la situation: « L'indifférence de l'administration internationale vis-à-vis du problème de la drogue crée les conditions idéales pour un trafic prospère. La province est accablée par une économie précaire et la loi n'est pratiquement pas appliquée. C'est pourquoi pour la mafia de la drogue, le Kosovo est un endroit idéal pour son trafic. Une fois cette culture implantée, elle sera très difficile à déraciner »52.

Les événements politiques au Kosovo depuis la fin des années 1980 et le climat de violence et d'instabilité qui a touché la province jusqu'à 1999 ont donc grandement contribué au développement des groupes criminels, sur le plan local comme dans la diaspora. La criminalité albanophone a largement profité de la situation depuis plus de dix ans et elle continue de le faire aujourd'hui, renforçant sa position sur la scène criminelle européenne et même internationale.

Caractéristiques de la criminalité organisée albanophone (COA)

Il serait prématuré de vouloir caractériser les groupes appartenant à la COA. En outre, ces structures peuvent différer selon leur type d'activités, la région d'origine, leur ancienneté ou encore leur territoire opérationnel (dans les Balkans ou dans la diaspora). Néanmoins, les éléments que nous mentionnons permettent d'établir un cadre général dont l'analyse pourra être affinée ultérieurement par des informations plus précises.

Tous les observateurs (forces de l'ordre, experts, journalistes) de la COA s'accordent à dire qu'il est très difficile voire impossible d'infiltrer ces groupes du fait de leur composition et de leur mode de fonctionnement. En effet, ces groupes s'appuient sur la structure sociale traditionnelle albanaise, qui reposait sur un traité de droit coutumier (propre à chaque région) que l'on nomme Kanun. Celui-ci régit l'ensemble des aspects de la vie sociale des Albanais en cours au XVe siècle. Le plus connu d'entre eux et qui sert de référence à l'ensemble des Albanais est celui de Lekë Dukagjini, qui vécut au XVe siècle. Il fut compilé au début du XXe siècle dans le cadre de la renaissance nationale.

Le Kanun organise une société principalement basée sur la fratrie (vëllazni) et le clan (fis). Mais d'autres divisions existent, comme la famille élargie (bark) ou le feu (shtepi). Le porte-drapeaux (bajaraktar) symbolisait la personne hiérarchiquement la plus élevée pour plusieurs clans ou fis ou pour une région. Les relations des individus au quotidien étaient principalement basées sur la parole donnée (besa) et l'hospitalité (mikëpritja). La partie que les observateurs mettent le plus en exergue lorsque l'on évoque le Kanun est la vendetta. C'est la possibilité qui est donnée à la famille dont on a tué un membre de venger celui-ci selon les règles précises du Kanun. Les Albanais qualifient communément cela « la reprise du sang ».

C'est sans aucun doute chez les Guègues, dont font partie les Albanais du Kosovo, que les structures et les liens familiaux traditionnels basés sur le Kanun sont les plus puissants et les plus vivaces. Il faut signaler que face à la répression serbe, ces liens familiaux se sont renforcés au Kosovo, particulièrement dans les zones rurales. Dans une grande majorité des cas, ces liens ont perduré dans la diaspora. Ils furent entretenus par les contacts réguliers que les immigrés avaient avec les membres de leurs familles au Kosovo.

De même, en République d'Albanie, on peut se demander si l'effondrement du régime communiste et ses nombreuses conséquences, notamment un vide idéologique, la possibilité de concurrencer la puissance publique et le basculement vers un libéralisme sauvage, n'ont pas conduit une partie de la population à se réfugier dans ces valeurs traditionnelles, ne serait-ce que pour faire face à l'augmentation brutale de la criminalité.

En pays tosque, la prégnance du Kanun sur la société est beaucoup moins importante. En effet, le développement économique et intellectuel du « pays des aigles » a historiquement trouvé son moteur chez les gens du sud du pays. Cette région a aussi été plus ouverte aux influences occidentales. Ces raisons peuvent expliquer le fait que les liens avec le droit coutumier soient aujourd'hui moins vivaces. Mais il faut considérer que, même au sud de l'Albanie, ce vécu traditionnel persiste, car s'il existait une prédominance tosque à la tête de l'Etat sous l'ère Hoxha, le régime communiste avait néanmoins réussi à intégrer efficacement les structures ancestrales guègues pour assurer son propre fonctionnement. Elles furent en fait récupérées et utilisées à son profit pour être reproduites à la tête de l'Etat, tandis qu'officiellement, « les traditions rétrogrades » devaient êtres combattues.

En plus du fond culturel que nous venons d'évoquer et de l'existence des liens familiaux qui ont certainement joué un rôle, il nous semble tout à fait possible que la formation des groupes méridionaux de la COA se soit organisée, en premier lieu, sur la base de liens tissés entre certains individus à l'époque communiste. En effet on peut envisager que des individus habitués à se faire confiance dans un système totalitaire, où les purges étaient régulières et la paranoïa permanente, développent des activités illicites sur la base de relations identiques à celles qu'ils avaient établies sous le régime précédent. Cette hypothèse nous paraît très plausible, compte tenu à la fois des spécificités de la période communiste en Albanie et des nouvelles évaluations faites aujourd'hui sur l'organisation interne des groupes mafieux italiens, auxquels les Albanais sont souvent comparés. Le spécialiste Salvatore Lupo explique ainsi à propos de la mafia sicilienne et de son homologue italo-américaine: « En fait, dans le cas palermitain comme dans le cas new-yorkais, la famille mafieuse correspond assez peu à celle que déterminent les liens de sang… L'insistance sur l'élément familialiste apparaît d'ailleurs comme un hommage à une tradition italo-américaine constante, y compris dans des domaines bien différents »53.

La division entre Guègues et Tosques, même si elle représente une réalité, doit néanmoins être relativisée. Dans la mesure où la majorité des trafics emprunte la partie sud de l'Albanie, il est évident que des criminels guègues sont aussi installés dans cette région, particulièrement dans les villes du littoral. Il est également incontestable que les uns et les autres collaborent.

Outre les aspects culturels, d'autres caractéristiques de leurs activités sont mises en avant. Les criminels albanophones seraient à la fois agressifs et sans pitié, prêts à mourir même pour de faibles sommes d'argent. Pour les Albanais qui ont vécu sous le régime d'Enver Hoxha (1945-1985) et de son successeur Ramiz Alia (1985-1992), toutes les lois ou règles sont aujourd'hui ressenties comme une atteinte à leurs libertés fondamentales, qu'ils se trouvent en Albanie ou à l'étranger. Un tel état d'esprit contribue sans doute à expliquer pourquoi ils développent tous très facilement une poly-criminalité (exploitation de la prostitution, trafics de voitures volées, d'armes, de drogues, traite des êtres humains).

En Italie, ils sont considérés, avec les triades chinoises, comme la menace la plus importante. D'après les forces de l'ordre italiennes, ils s'illustrent par leur très grande agressivité, leur professionnalisme, leur imperméabilité et surtout leur extraordinaire capacité de coopération avec les organisations mafieuses italiennes. En Albanie, les organisations seraient composées au maximum de 30 personnes. En dehors des villes principales où opèrent ces groupes, il y aurait souvent dans les villes secondaires une personne qui contrôle la zone pour son groupe, chaque ville étant souvent aux mains de deux à trois groupes au maximum. Les groupes s'occupant de la prise en charge et du transport des migrants clandestins entre l'Albanie et l'Italie ont une composition et une organisation assez stables ainsi qu'une activité quasiment permanente, leur permettant de développer un grand savoir-faire.

Ils se constituent en structure horizontale dans laquelle il n'y aurait qu'un seul chef et pas d'autre échelon hiérarchique. Pour les forces de l'ordre italiennes, l'organisation locale à laquelle ils ressemblent le plus est la Ndrangheta, car il n'existe pas chez eux de contrôle strict du territoire et car pour eux comme pour les Calabrais de la Ndrangheta, ce sont les affaires et le profit qui comptent avant tout. Les autorités suisses ont pu remarquer que les groupes opérant sur le territoire ne disposaient ni de structures très hiérarchisées ni d'une répartition des tâches précise. Par contre, ces bandes d'origine albanaise entretiennent des relations étroites les unes avec les autres sur l'ensemble du territoire.

Conclusion

L'émergence de la COA pendant les années 1980 et sa montée en puissance depuis dix ans représentent un phénomène criminel complètement inédit. Sa forte visibilité et certains aspects spectaculaires et violents de son activité ont eu tendance à occulter les raisons, souvent tragiques, qui ont présidé à son développement.

Plus que par les références au Kanun, la puissance et l'expansion des groupes composant la COA s'expliquent par le manque de tradition démocratique chez les Albanais, la corruption des élites politiques et policières locales, les difficultés économiques et les tension politiques découlant de la chute des régimes à parti unique et les opportunités offertes par la guerre incessante en ex-Yougoslavie. L'ensemble des pays balkaniques a connu une situation similaire au début des années 1990. Mais l'espace albanophone a souffert davantage des évènements déstabilisateurs, rebondissant successivement du Kosovo à l'Albanie jusqu'en 1999 et entretenant un contexte local très fertile pour le développement constant des groupes criminels albanophones.

Nous avons remarqué l'importance jouée par les membres de la diaspora dans la structuration de cette criminalité organisée, soutenue par la mise en place de réseaux internationaux solides et très ramifiés. Le poids de la diaspora et les conditions de sa croissance depuis la fin des années 1980 expliquent aussi pourquoi les groupes albanophones sont plus visibles et sans doute plus actifs en Europe occidentale que ceux des autres pays balkaniques, même si ces derniers sont aussi profondément ancrés et puissants dans leur pays d'origine. La mobilité des Albanais à travers les réseaux de leur diaspora reste aujourd'hui un élément capital de leur activité criminelle et de leur développement.

La montée en puissance de la COA n'aurait pas eu lieu en si peu de temps sans l'appui de groupes criminels des pays proches de l'aire de peuplement albanais. On ne peut que remarquer la tout aussi spectaculaire ascension de la Sacra Corona Unita (SCU) sur la scène criminelle italienne, dans la même période que la COA et à travers des activités souvent très complémentaires. Les liens existant avec beaucoup d'autres groupes criminels régionaux ou internationaux mériteraient également d'être étudiés (autres organisations d'Italie, mafya turque, « milieu » grec, réseaux « yougoslaves » de Skopje à Ljubljana, etc.). Ces connaissances nous aideraient à mieux comprendre la criminalité transnationale, à caractériser les alliances épisodiques entre les grandes organisations criminelles qui sont à la base de ce nouveau phénomène.

Haut de page

Notes

1 On notera, à ce sujet, les travaux de deux criminologues, l'un américain d'origine albanaise, Gus Xhudo, et l'autre français, Xavier Raufer : Xhudo, Gus, « Men of Purpose : the growth of Albanian criminal activity», Transnational Organized Crime, Londres, Frank Cass, et The Ridgway Center for International Security Studies, Université de Pittsburgh, printemps 1996, Vol. 2, n° 1, pp. 1-20, et Raufer, Xavier & Stéphane Quéré, La mafia albanaise, Lausanne, Favre, 2000. On se référera également aux nombreux articles parus dans la presse francophone, italienne et albanophone.
2 Celle-ci compte 5,6 millions d'habitants vivant dans les Balkans et répartis entre trois Etats. La République d'Albanie est peuplée de 3,3 millions d'habitants dont 92 % d'Albanais, la Yougoslavie (Serbie-Monténégro) en regroupe près de 1,95 million et la République de Macédoine 450 000. C'est « l'aire de peuplement albanaise ». Si l'on ajoute les Albanais émigrés depuis plusieurs décennies, ou récemment, en Grèce, en Italie, en Turquie et dans les autres pays occidentaux, on peut affirmer qu'il y a plus d'Albanais hors de l'Albanie que dans le « pays des aigles ». Les albanophones se distinguent en Guègues s'ils sont originaires des territoires au nord du fleuve Shkumbi et en Tosques au sud de celui-ci.
3 Matard-Bonucci, Marie-Anne, Histoire de la Mafia, Bruxelles, Complexe, 1994, p. 274.
4 Voir également sur le rôle de l'Albanie, Calvi, Fabrizio, L'Europe des parrains, Paris, Grasset, 1993, p. 64.
5 Elizabeth et Jean-Paul Champseix, L'Albanie ou la logique du désespoir, Paris, La Découverte, 1992, p. 253.
6 Thierry Cretin, Mafias du monde. Organisations criminelles transnationales. Actualité et perspectives, Paris, PUF, 1997, p.133.
7 Calvi, Fabrizio, L'Europe des parrains, op. cit. p. 236.
8 Ibid, p.258.
9 Miletitch, Nicolas, Trafics et crimes dans les Balkans, Paris, P.U.F., collection Criminalité Internationale, 1997, p. 154-155.
10 Ibid, p.155
11 Nicotri, Guiseppe, « Milano come Chicago ? », L'Espresso, 21-07-1997.
12 Cretin, Thierry, op.cit., p. 133.
13 La minorité grecque d'Albanie est composée de 200 000 personnes.
14 C'est pendant les années 1970 que l'un des futurs grands trafiquants d'héroïne albanais fait ses premières armes comme simple transporteur de trafiquants albanais établis à Istanbul. Il s'agit de Daut Kadriovski. Il est emprisonné en 1982 en Yougoslavie pour trafic de drogue, puis il s'installe en Europe. Un réseau de dealers albanais à sa solde est démantelé en 1984 en Allemagne. Il est lui-même emprisonné en 1985 en Allemagne, mais s'échappe de prison en soudoyant ses geôliers. Il étend progressivement ses activités jusqu'aux Etats-Unis et même en Australie, avec l'aide de truands albanais et croates à Sydney. D. Kadriovski est soupçonné d'être proche des « Loups gris », organisation d'extrême droite turque créée à la fin des années 1970 et qui a connu une dérive dans la sphère mafieuse et le trafic d'héroïne au cours des années 1980. Le trafiquant albanais faisait l'objet d'un mandat international d'arrestation, et a été interpellé en Albanie en septembre 2001.
15 Chiclet, Christophe, «Aux origines de l'Armée de Libération du Kosovo », Le Monde Diplomatique, mai 1999, p. 6.
16 Auchelin, P. et F. Garbely, Contre-enquête, Lausanne, Favre, 1990.
17 À ce propos notamment, Lesnik, Renata et Hélène Blanc, L'Empire de toutes les mafias, Paris, Presses de la cité, 1996, p. 153-154.
18 DeStefano, Anthony M., « The Balkan Connection », The Wall Street Journal, 9-09-1985.
19 Voir pour cet épisode entre autre Champseix, Elizabeth et Jean-Paul, op.cit., p. 44.
20 DeStephano, Antony M., article cité.
21 Luenberger, Uli et Alain Maillard, Les damnés du troisième cercle. Les Albanais de la Kosove en Suisse, 1965-1999, Genève, Metropolis, 1999, p.69-71
22 Peleman, Johan, «Gli stati-mafia : dietro le quinte dei regimi balcanici», Limes : L'Italia in guerra, supplément au n° 1/99, p. 61.
23 Capeci, Jerry, « Bosko's Back» (13-01-00) http : www.ganglandnews.com/column160.htm, page consultée le 15 avril 2001.
24 Judah, Tim, The Serbs. History, Myth & the Destruction of Yugoslavia, Naw Haven et Londres, Yale University Press, 1997, p. 255-258.
25 Cabanes, Pierre et Bruno, Passions albanaises, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 149-150.
26 Information reprise par l'Agence Télégraphique Albanaise « Albanian mafia was brought to existence in Vlore by former security agents », 6 mars 1997. ATA se réfère à un article publié dans Avvenire par Claudio Monici.
27 Vickers, Miranda et James Pettifer, Albania ; from anarchy to a balkan identity, Londres, Hurst & Company, 1997, p.134.
28 Ibid, p.93
29 Dérens, Jean-Arnault, Balkans : la crise, Paris, Gallimard, 2000, p. 183 (coll. Folio actuel).
30 Fuga, Artan, Identités périphériques en Albanie, Paris, L'Harmattan, 2000, p.134.
31 Ibid, p.63.
32 Le différend gréco-macédonien porte en particulier sur le nom Macédoine, revendiqué par la Grèce comme partie de son patrimoine historique, et sur le drapeau du nouvel Etat indépendant depuis septembre 1991, également revendiqué comme héritage grec. L'embargo grec a duré jusqu'au 15 octobre 1995.
33 Fuga, Artan, op.cit. p.78.
34 Ibid, p. 133-134.
35 Roux, Michel, « Disparités spatiales de développement », in Foucher, Michel (dir.) Fragments d'Europe, Paris, Fayard, 1993, p. 186.
36 Vickers, Miranda et James Pettifer, Albania ; from anarchy to a balkan identity, op. cit., p.47-48.
37 L'état du monde. Annuaire économique et géopolitique mondial 2001, Paris, La Découverte, 2000, p. 536
38 Ibid, p.552
39 Idem.
40 Miletitch, Nicolas, Trafics et crimes dans les Balkans, op.cit., p.154.
41 Falligot, Roger, « La mafia chinoise en Europe », Paris, Calmann-Lévy, 2001, p. 314.
42 Observatoire Géopolitique des Drogues, « Albanie : mieux qu'une banqueroute, le `casse du siècle' », La Dépêche Internationale des Drogues, n° 66, avril 1997.
43 La recherche de nouveaux marchés et d'activités alternatives est aussi mise en évidence par les liens entre trafiquants albanais et colombiens qui sont révélés à cette époque. Plusieurs saisies de cocaïne sont effectuées dans différents pays qui avaient pour destination finale l'Albanie et certains officiels italiens soupçonnent alors la préparation de nouvelles opérations entre les deux groupes. Les Colombiens auraient ainsi appris aux Albanais à cultiver la coca et à la transformer en cocaïne. Depuis la fin des années 1980, il existe une entente entre les cartels colombiens et les mafieux italiens pour coopérer en Méditerranée, une entente qui a pu jouer un rôle dans l'établissement de contacts entre Colombiens et Albanais.
44 De Waele, Jean-Michel et Kolë Gjeloshaj, «La difficile démocratisation albanaise : les causes et les étapes de la crise de 1997 », Transitions, Vol. XXXVII, n°1&2, p. 32-59.
45 Cretin, Thierry, Mafias du monde, op. cit., p. 134.
46 Raposo, Isidore et Didier Martenet, «Lausanne carrefour de la drogue », L'illustré, n°28, 14-07-99.
47 Sur les relations entre L'Albanie et le Kosovo voir entre autres, Gjeloshaj, Kolë et Jean-Michel De Weale, « La république d'Albanie et la question du Kosovo », Cahiers d'études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, n° 29, janvier-juin 2000, p. 165-198.
48 Chiclet, Christophe, «Poudrière des Balkans » conférence donnée le 17 octobre 2000 à l'Université Panthéon-Assas (Paris II) dans le cadre des « mardi » du Centre de Recherche sur les menaces criminelles contemporaines.
49 Labrousse, Alain, «Les ambiguïtés de la « guerre à la drogue » », La revue internationale et stratégique, éd. IRIS - P.U.F, n°43, automne 2001, p. 33
50 « Forces of the Conflict » dans le rapport de Human Rights Watch : Under Orders : War Crimes in Kosovo, octobre 2001, disponible sur Internet :

http://www.hrw.org/reports/2001/kosovo/ 

51 Arrivé en Italie en 1992, il a été très tôt lié à la Ndrangheta et a dominé le marché de l'héroïne à Milan dans la seconde moitié des années 1990. C'est aussi pendant cette période qu'il a commencé à faire du trafic d'armes. Amarildo Vrioni, déjà cité, est un exemple comparable. Il débuta ses activités de trafic en prenant en charge les migrants clandestins, auxquels s'ajoutèrent d'abord les stupéfiants, et ensuite les armes.
52 Mushkolaj, Imer, « La drogue menace le Kosovo », Rapport sur la crise des Balkans, The Institute for War & Peace Reporting, n°142, 23 mai 2000.
53 Lupo, Salvatore, Histoire de la mafia des origines à nos jours, Paris, Flammarion, 1999, p. 36
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Chassagne et Kolë Gjeloshaj, « L'émergence de la criminalité organisée albanophone », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 32 | 2001, mis en ligne le 13 mai 2005, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cemoti.revues.org/692

Haut de page

Auteurs

Philippe Chassagne

Kolë Gjeloshaj

Articles du même auteur

  • Introduction [Résumé]
    Paru dans Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 29 | 2000
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org