Navigation – Plan du site
La jeune république turque et le sionisme

La clandestinité

Esther BENBASSA
p.

51-58

Résumé

Après l'avènement de la République kémaliste, de type exclusiviste, le judaïsme turc se coupa officiellement du cadre organisationnel du mouvement sioniste, ce qui n'empêcha pas le maintien d'un sionisme clandestin. Comment mener des activités d'encadrement, de propagande, d'endoctrinement, d'apprentissage dans un tel contexte? Comment un sionisme effectif aurait-il pu se développer, lorsqu'on sait aussi que les dirigeants sionistes s'intéressaient relativement peu aux Juifs locaux après le démembrement de l'Empire à la suite de la Première Guerre mondiale? Dans la clandestinité, il y avait peu de possibilités de formation pionnière et autres pour préparer l'émigration des locaux. On peut ainsi parler ici d'un sionisme sans idéologie. Les années qui précédèrent le kémalisme ne furent pas suffisantes pour imprégner la population du message idéologique du sionisme. Reste qu'à la fondation de l'État d'Israël environ 30 000 Juifs y émigrent. Comment expliquer cet exode ? L'article tente de répondre à cette question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Esther BENBASSA, « La clandestinité », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 28 | 1999,

51-58

.

Référence électronique

Esther BENBASSA, « La clandestinité », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 28 | 1999, mis en ligne le 31 mars 2004, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cemoti.revues.org/587

Haut de page

Auteur

Esther BENBASSA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org