Navigation – Plan du site

Arabes et Turquie : le cas jordanien

Louis-Jean DUCLOS
p.

119_139

Résumé

La Jordanie, dans le Proche-Orient arabe, entretient avec la Turquie une relation positive spéciale. Ce morceau d'Europe ancré dans le voisinage régional, modérément islamiste de surcroît, exerce de l'attrait sur une bourgeoisie jordanienne semi-modernisée. De plus, l'agissante minorité tcherkesse-tchétchène de Jordanie maintient des liens personnels et commerciaux actifs avec l'ancienne patrie ottomane à laquelle se rattache également la tradition dynastique hachémite. Politiquement enfin le trône jordanien a trouvé naguère dans l'amitié turque une certaine parade contre un nationalisme arabe menaçant et aujourd'hui le complément de l'orientation (israélo-)américaine de sa diplomatie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis-Jean DUCLOS, « Arabes et Turquie : le cas jordanien », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 11 | 1991,

119_139

.

Référence électronique

Louis-Jean DUCLOS, « Arabes et Turquie : le cas jordanien », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 11 | 1991, mis en ligne le , consulté le 26 avril 2017. URL : http://cemoti.revues.org/403

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org