Navigation – Plan du site
II - Emergence du politique

La politique de Pékin à l'égard de ses populations turcophones

Michel JAN
p.

255-269

Résumé

La politique des communistes chinois à l'égard des nationalités non-han de l'Ouest chinois, turcophones en majorité, a privilégié le principe d'unité et favorisé l'intégration progressive dans le grand ensemble à dominante han. Le développement économique devait être le principal facteur d'union nationale. Malgré des progrès dans ce domaine, ce sont les écarts avec les provinces de l'Est et entre les communautés qui accentuent les clivages et les tensions. Les tensions inter-ethniques se sont développées avec l'augmentation des transferts de populations han. L'accession à l'indépendance des républiques d'Asie centrale a intensifié les différences entre les nationalités non-han du Xinjiang tandis que le gouvernement chinois étendait sa dynamique politique et économique dans cette direction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel JAN, « La politique de Pékin à l'égard de ses populations turcophones », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 16 | 1993,

255-269

.

Référence électronique

Michel JAN, « La politique de Pékin à l'égard de ses populations turcophones », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 16 | 1993, mis en ligne le 30 mars 2004, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://cemoti.revues.org/314

Haut de page

Auteur

Michel JAN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org