Navigation – Plan du site
II - Des problèmes d'identité

La Thrace Grecque, région frontière

Joëlle DALEGRE
p.

133-153

Résumé

La Thrace grecque, une bande étroite de terre d'un peu plus de 8000 km2, entre mer et montagne, entre deux fleuves, le Nestos et l'Evros, un peu plus de 400 km de frontières... cette province, la dernière province continentale incorporée à l'Etat grec en 1920 est le type même de la marche-frontière. Région dont les frontières sont récentes et ont été longtemps contestées par les voisins bulgares ou turcs, elle est organisée depuis 1923 comme un camp retranché, frontières parfois infranchissables, présence militaire importante, contraintes diverses sur les populations et les investissements. Par ailleurs, le Traité de Lausanne en exemptant des échanges obligatoires de population les musulmans de Thrace créa une situation particulière et potentiellement explosive : comment vit aux portes de la Turquie une minorité musulmane, majoritairement turcophone dans un Etat orthodoxe pour lequel la Turquie est plus que jamais l'ennemi héréditaire ? Question typiquement « balkanique ». Les réponses à cette question conditionnent la vie entière de la région.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle DALEGRE, « La Thrace Grecque, région frontière », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 17 | 1994,

133-153

.

Référence électronique

Joëlle DALEGRE, « La Thrace Grecque, région frontière », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 17 | 1994, mis en ligne le , consulté le 25 mars 2017. URL : http://cemoti.revues.org/278

Haut de page

Auteur

Joëlle DALEGRE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org