Navigation – Plan du site
Champ libre

Notes sur l'ethnicité des tadjiks de Chine

Sophie LEDDET
p.

362-369

Résumé

En République populaire de Chine, dans la province du Xinjiang située au Nord-Ouest du pays vivent quelques 33 000 Tadjiks chinois dont 60 à 70 % sont concentrés dans le seul district autonome qui leur ait été accordé en 1954 : celui de Tâshqurghân perché dans les hauteurs des Pamirs. Engloutis par le colonialisme han (ethnie chinoise majoritaire) l'unique échantillon de religion ismaélienne et de langues sarikoli et wakhani disparaissent petit à petit sans que l'on ait éclairé la provenance et les caractéristiques de cette minorité oubliée. Que reste-t-il des Ismaéliens de Chine et qu'est-ce qu'un Tadjik chinois dans les années 1990 ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie LEDDET, « Notes sur l'ethnicité des tadjiks de Chine », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 18 | 1994,

362-369

.

Référence électronique

Sophie LEDDET, « Notes sur l'ethnicité des tadjiks de Chine », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 18 | 1994, mis en ligne le 30 mars 2004, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://cemoti.revues.org/254

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org