Navigation – Plan du site
Champ libre

Parler de la corde dans la maison du pendu

Hamit BOZARSLAN
p.

339-348

Résumé

Les réactions à la proposition du député du Refah, Hasan Mezarcý, demandant le réhabilitation des opposants exécutés en 1926 sur l'ordre d'un tribunal d'exception dépendant ouvertement du pouvoir a soulevé un tollé en Turquie. Sa « perversité », pour reprendre le terme des opposants, venait du fait qu'elle avait remis en cause le droit de l'Etat à faire taire ses opposants par la pendaison. C'est pour cela qu'elle méritait, à son tour, la corde. Le non respect de la « doctrine officielle » constitue une raison suffisante pour évoquer ce symbole. La peine capitale est donc détachée du droit positif, elle ne se fonde pas sur une définition abstraite du crime, elle est revendiquée comme sanction ultime de la non-conformité idéologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hamit BOZARSLAN, « Parler de la corde dans la maison du pendu », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 18 | 1994,

339-348

.

Référence électronique

Hamit BOZARSLAN, « Parler de la corde dans la maison du pendu », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 18 | 1994, mis en ligne le 30 mars 2004, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cemoti.revues.org/251

Haut de page

Auteur

Hamit BOZARSLAN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org