Navigation – Plan du site
Chronique artistique

Au travers des oliviers

Mojdeh FAMILI
p.

503-509

Résumé

« Au travers des Oliviers ». Un nouveau film de Kiarostami. Et pourtant rien n'est moins sûr. Le décor est semblable à celui de ses deux films précédents : Koker, le nord de l'Iran. Le couple-phare le même que celui de « Et la vie continue ! », réalisé en 1992. Un couple marié au lendemain du tremblement de terre survenu en 1991. Pour son nouveau film, Kiarostami a pris greffe sur cette histoire. De ce long chant en hommage à la nature et à la vie, il faut retenir le mot juste : greffer. Le verbe désigne tantôt un geste inspiré de la nature et de ses lois fondamentales, tantôt le geste évocateur de Kiarostami chaque fois qu'il amorce une oeuvre nouvelle. Comme si pour donner corps au nouveau, il avait besoin de prendre greffe sur une vie déjà entamée, passée, sur le passé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mojdeh FAMILI, « Au travers des oliviers », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 19 | 1995,

503-509

.

Référence électronique

Mojdeh FAMILI, « Au travers des oliviers », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 19 | 1995, mis en ligne le 30 mars 2004, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cemoti.revues.org/232

Haut de page

Auteur

Mojdeh FAMILI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org