Navigation – Plan du site
Chronique bibliographique

Ioannis Kalfoglous, Géographie historique de l’Asie Mineure, Athènes, Centre d’Etudes d’Asie Mineure, 2002

Anastasia Falierou

Texte intégral

1Le présent ouvrage est la traduction en grec de l’œuvre écrite en karamanlı (i.e. langue turque en caractères grecs) et publiée en 1899 par Ioannis Kalfoglous. Jusqu’à présent, les textes publiés en karamanlı étaient essentiellement formés de traductions du grec ou d’autres langues occidentales. Cette publication du Centre d’Etudes d’Asie Mineure emprunte pour la première fois le chemin inverse grâce à la traduction soignée de St. Anestides.

2Né à Chryssoupolis (Üsküdar) à Constantinople (Istanbul) en 1871, Ioannis Kalfoglou est issu de la famille de Lazaros Artzoglou, marchand aisé de la Pafra pontique (Bafra aujourd’hui). Après avoir obtenu en 1890 le diplôme du séminaire hiératique de Cappadoce (autrefois Séminaire Rodokanakios de Flaviana), de 1892 à 1898 (?) il travailla en tant que rédacteur au quotidien Anatoli (Anatolia), dirigé par Evangelos Misailides, « le guide spirituel des turcophones orthodoxes ». Le choix d’Anatoli n’était pas fortuit: cette publication constituait un potentiel d’informations sur l’hellénisme de l’Asie mineure. En effet Anatoli lui servit de « champ d’exercice » pour son activité politique ultérieure. Avant la composition de la Géographie historique, Kalfoglou publia en 1893 l’Imerologio tis Anatolis (Journal d’Anatolie) et une monographie sur le Monastère de Saint-Jean Baptiste à Flaviana en 1898. Une nouvelle période commença pour l’auteur en 1901. Installé à Batoum pour des raisons professionnelles, il se trouva plongé au cœur du mouvement de « libération » du Pont-Euxin. La publication, en 1908, de son essai historique sur les Grecs du Caucase et la pureté de la race grecque, presque dix ans après la Géographie historique, témoigne de la transformation de Kalfoglou en patriote ardent. Dans ce cadre, en tant que collaborateur d’Elefteros Pontos (Le Pont-Euxin Libre), organe officiel du Conseil national pontique, I. Kalfoglou n’hésita pas à utiliser des expressions tirées du discours nationaliste.

3La Géographie historique s’inscrit dans la série de manuels d’histoire et de géographie publiés dans le contexte politique et idéologique de la deuxième moitié du XIXe siècle. Dans son introduction (pp. 13-34), St. Anestides nous donne une présentation ample de ces ouvrages parus en grec et en karamanlı ainsi que des érudits et des associations éditeurs de ces textes. Parmi ces associations, l’Association littéraire grecque de Constantinople occupait une place exceptionnelle pas seulement par son travail scientifique de qualité mais aussi par son idéalisme qui visait la supériorité de la communauté grecque orthodoxe dans l’Empire ottoman. C’est dans ce domaine idéologique et a fortiori politique que le rédacteur de la Géographie devrait être classé.

4La vigueur de son patriotisme ainsi que l’ignorance de la géographie de l’Asie mineure par ses contemporains semblent être les motifs du travail de Kalfoglou. Il se sent Anatolien mais conscient des ses origines grecques. dans ce cadre qu’il fait la différenciation entre les Hellènes (Yunan) et les Grecs Orthodoxes de l’Asie mineure (Rum).

5La Géographie Historique est constituée de trois parties : la première (pp. 43-66) se réfère aux frontières géographiques, les montagnes, les collines, les plaines, les rivières, les lacs, les ressources minérales et les thermes, les conditions climatiques, les golfes et les caps. La deuxième partie (pp. 67-92) est consacrée aux changements administratifs de l’Asie mineure à travers quatre périodes historiques : l’antiquité, la période romaine, la période byzantine et la période ottomane. Enfin, dans la troisième partie (pp. 93-180), I. Kalfoglou se réfère de façon détaillée aux huit provinces administratives (vilayet) de l’Asie mineure.

6L’œuvre d’Ioannis Kalfoglou demeure un texte aussi utile aux spécialistes qu’agréable pour un lecteur profane. Son édition par St. Anestides comprend aussi un glossaire, un index des noms propres ainsi qu’une carte détaillée de l’Asie mineure. La qualité majeure de cette Géographie Historique, réside dans le fait que cette œuvre met en évidence le processus de formation des « identités ethniques » tout au long des dernières décennies de l’Empire ottoman. Il semble que dans un monde pré-national où les populations étaient donc dépourvues d’une conscience nationale mais adoptaient des identités différenciées, le passage d’une identité à l’autre était assez facile à opérer. En tout cas le livre présent fait apparaître l’importance capitale de la littérature karamanlı en tant que source qui révèle, pour reprendre les mots d’Ioanna Petropoulou, « l’autre hémisphère de la vie néo-hellénique: celui des turcophones orthodoxes » (p. 9).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anastasia Falierou, « Ioannis Kalfoglous, Géographie historique de l’Asie Mineure, Athènes, Centre d’Etudes d’Asie Mineure, 2002 », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 37 | 2005, mis en ligne le 13 février 2006, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cemoti.revues.org/1595

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org