Navigation – Plan du site
Jeune recherche II

L’ethnicisation du champ politique en Crimée

Affrontements politiques et systèmes de représentations différenciés
Aurélie CAMPANA

Résumé

Les Tatars de Crimée ont été déportés en mai 1944 et exclus du processus de réhabilitation de 1956. À partir de 1988, leur retour massif dans la péninsule de Crimée a engendré d’importants bouleversements socio-économiques et politiques. La création d’institutions tatares a contribué à une rapide ethnicisation des débats. Cet article analyse les usages politiques de la mémoire dans ce processus. Le jeu politique apparaît en effet fortement conditionné par une lecture différenciée du passé et par une appréhension divergente des réalités sociales et politiques présentes. L’opposition de deux systèmes de représentations alimente les affrontements politiques : d’un côté les Tatars érigent la déportation en moment tournant ; d’un autre côté populations russophones, qui n’ont gardé aucune mémoire de l’expulsion forcée, jugent leur retour infondé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie CAMPANA, « L’ethnicisation du champ politique en Crimée », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 37 | 2005, mis en ligne le 13 février 2006, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cemoti.revues.org/1578

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org