Navigation – Plan du site
Recherches

Notes sur les frontières ultimes de l’Europe et les fractures culturelles

Alain SERVANTIE

Résumé

Pour s’opposer à une adhésion de la Turquie à l’UE, certains milieux affirment que ce pays n’appartient ni culturellement, ni historiquement, ni géographiquement à l’Europe. L’auteur estime que les arguments avancés ne tiennent pas compte de la complexité historique de l’Europe du Sud-est et de l’imbrication des différentes cultures dans des frontières géographiques qui fluctuent au fil des événements politiques et ne peuvent être juridiquement déterminées. Évoquer la différence culturelle substitue un concept vague d’‘Europe culturelle’ à une obsolète opposition religieuse, basée sur la crainte du pouvoir d’attraction d’un Islam hédoniste, selon un schéma intellectuel présentant le Turc comme l’image inversée de l’Européen. Les relations internationales séculaires entre l’Empire ottoman et l’Europe montrent au contraire une continuité politique, juridique et culturelle, qu’une idéologie destinée à l’opinion interne des monarchies absolutistes – la condamnation du despotisme oriental – a contribué à nier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain SERVANTIE, « Notes sur les frontières ultimes de l’Europe et les fractures culturelles », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 36 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cemoti.revues.org/1499

Haut de page

Auteur

Alain SERVANTIE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org