Navigation – Plan du site
Turquie : désir d'Europe ?

Chypre : un enjeu stratégique pour la candidature turque à l'Union européenne

Gilles BERTRAND

Résumé

La candidature de la Turquie à l'Union européenne a buté jusqu’en 2004 sur un obstacle de taille : l'occupation d'une partie de la république de Chypre. Ankara n'est en effet jamais parvenu à imposer sa solution (la partition) à la  « communauté internationale ». Le dirigeant chypriote turc Rauf Denktaş a refusé de signer le plan Annan de l'ONU, prévoyant une solution fédérale dans le cadre de l'intégration européenne. Les détenteurs du pouvoir à Ankara, civils et militaires, sont longtemps demeurés très divisés au sujet de Chypre. Mais pourquoi? S'agissait-il d'un refus de se retirer d'une ancienne possession ottomane, la seule (avec la province d'Hatay ou Sandjak d'Alexandrette) dont l'armée turque a repris le contrôle depuis 1923? D'une crainte de voir le conflit reprendre, avec le risque que la communauté chypriote turque en soit, à nouveau, la principale victime? Ou bien ce refus était-il une victoire des adversaires de l'adhésion à l'UE qui voyaient là un moyen de sauvegarder souveraineté et intérêts nationaux turcs? Le gouvernement de R.T. Erdoğan a bouleversé la politique chypriote de la Turquie de manière à ce que ce dossier ne soit plus un obstacle à l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE, et ce malgré l’échec du plan Annan dû au « non » des Chypriotes grecs le 24 avril 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles BERTRAND, « Chypre : un enjeu stratégique pour la candidature turque à l'Union européenne », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 36 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 28 juin 2017. URL : http://cemoti.revues.org/1498

Haut de page

Auteur

Gilles BERTRAND

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org