Navigation – Plan du site

Aux marges de la métropole stambouliote : les quartiers nord de Gaziosmanpasa, entre Varos et Batikent

Jean-François PÉROUSE

Plan

Haut de page

Texte intégral

1L'Istanbul contemporaine demeure étonnamment méconnue, tant en ce qui concerne ses limites mouvantes, ses populations, qu'en ce qui concerne ses diverses modalités d'extension ou de transformation interne. A partir de ce constat, l'attitude la plus fréquente consiste à poser ce vide comme irrémédiable et à fuir dans l'évocation nostalgique du passé (souvent sélectivement considéré), dans un culturalisme émotionnel, ou dans des généralités d'esquive, parfois à ambitions théorisantes...

2 Si l'on refuse ce genre de démission, un premier (et humble) travail s'impose d'urgence : arpenter la mégapole (megakent)1, l'observer sans trop d'a priori et sans tenir compte des discours, bornages et statistiques officiels, pour tenter d'en prendre la mesure concrète et complexe, y multiplier les itinéraires, les entretiens, les photos ou films. Autrement dit, parcourir Istanbul, en métro, voiture, bus et dolmus (taxi collectif) comme à pied, de ses centres jusqu'à ses périphéries reconnues ou non reconnues; ce, librement, compte tenu du poids très léger des références bibliographiques fiables ayant trait à la mégapole turque2. Ce n'est que sur la base de cette prospection préalable que l'on pourra prétendre composer une image plus globale de la mégapole, sans faire abstraction des déterminants qui en conditionnent l'extension3.

3 Pour cette phase préliminaire (presque exploratoire) de l'analyse urbaine, nous avons focalisé notre attention sur l'arrondissement de Gaziosmanpasa (nom que nous abrégerons désormais ainsi : GOP), un des 344 arrondissements (actuels) d'Istanbul, situé au nord-ouest de la mégapole (fig.1). Mais en vue d'éviter toute méprise, il convient de bien distinguer la municipalité (belediye)5 de GOP de l'arrondissement (ilçe) du même nom, dont les limites sont beaucoup plus larges (fig.1). En effet, le territoire de la municipalité ne couvre pas le tiers de celui de l'arrondissement, lui-même officiellement ouvert à l'urbanisation (imarli) sur un tiers seulement de sa superficie totale (116 km2). Du point de vue du poids démographique, les territoires hors municipalité (appelés mücavir alanî, ou "domaine environnant") comptaient, en 1990, un dixième de la population totale de l'arrondissement (valeur à réviser).

4 Mais pourquoi cet arrondissement plutôt qu'un autre? Pour plusieurs raisons. D'abord parce que sa municipalité centrale s'affiche comme l'une des municipalités "modèle" d'Istanbul, laboratoire du "nouvel ordre" urbain que le parti islamiste Refah ("de la prospérité") voudrait promouvoir. Son maire, l'un des plus médiatisés de la mégapole -si l'on en juge par la place qui lui est consacrée depuis son élection, en mars 1994, dans le quotidien Zaman- vient d'ailleurs d'annoncer que sa municipalité était désormais sortie de la "zone" (ou varos6), pour devenir une municipalité urbaine à part entière (allégation qu'on devra discuter). Ensuite, parce que, fondé en 1963 -et né de la subdivision de l'arrondissement, maintenant très central d'Eyüp7- GOP présente l'intérêt d'offrir trois faciès urbains, ne serait-ce, en premier lieu, que par les paysages, très différenciés : des tissus urbains relativement stabilisés (par densification du bâti et achèvement de la voirie), des tissus non stabilisés (en plein développement et pleine (re)composition depuis 10 ans8), et des tissus embryonnaires (éléments disparates du front actuel d'urbanisation et de spéculation de la mégapole). Cette tripartition est favorisée par la forme très allongée de l'arrondissement, qui s'étire le long d'un axe routier d'orientation sud-est/nord-ouest, l'"ancienne route d'Edirne" (Eski Edirne Asfaltî), qu'on peut décrire comme l'artère (souvent encombrée...) donnant à l'arrondissement, sinon sa cohésion, du moins un semblant d'unité. Ce, alors-même que maintenant les principaux axes routiers sont plutôt perpendiculaires (surtout le TEM : Trans European Motorway, ouvert en 1989; cf. fig.1). Troisième raison, GOP fait partie des arrondissements stambouliotes dont la croissance récente a été la plus forte, puisqu'au moment de sa création, en 1963, sa population était estimée à 80 000 (90 855 au recensement de 1965), alors qu'au dernier recensement (1990) elle l'était à 393 667 (!). Quant à la population actuelle (février 1997), elle est estimée à 700 000 voire davantage9. Les autorités compétentes assurent même que, parmi toutes les municipalités d'Istanbul, c'est celle de GOP qui a délivré le plus d'autorisations de construire en 1996 (2 208, en l'occurrence)10. Autre raison : GOP est parfois présenté comme l'arrondissement où sera développée la "ville satellite occidentale" (ou Batîkent), qui serait le pendant de Sultanbeyli à l'est (Dogukent en gestation?) et pourrait faire concurrence au projet de ville nouvelle (version plus high-tech) de Silivri, annoncé à l'opinion publique en décembre 1996. Dernière raison enfin, qui tient au fait que GOP comprend (sur les 26 recensés par la mairie en février 1997) un des quartiers les plus tristement célèbres (et méconnus) des périphéries d'Istanbul, le quartier Gazi -qui fut le théâtre (avec celui, contigu, de Zübeyde Hanîm) d'extrêmes violences, en mars 199511-, mais trop souvent, et à tort, assimilé au reste de l'ensemble de l'arrondissement.

5 Dans le cadre de cette étude nourrie par un travail d'enquêtes12 (qui s'est concentré sur14 quartiers périphériques de GOP, la plupart au nord de l'autoroute; voir tab.2 et fig.2), nous nous attacherons à caractériser les divers faciès de la métropole stambouliote et leurs dynamiques. Ceci, pour prouver que, même si le terme anakent (mot à mot : métropole) est plus employé pour Ankara13 que pour Istanbul, auquel on préfère appliquer celui de megakent (ou de dünyakent : ville-monde) -qui n'a pourtant pas les mêmes résonances-, l'"être métropole" d'Istanbul s'exprime sans équivoque à travers son rayonnement démographique. Chemin faisant, on s'emploiera à suggérer quelques méthodes à mettre en oeuvre, pour parvenir à décrire cette composante du processus de métropolisation qu'est l'afflux (pas toujours définitif) de migrants, dont les origines et les conditions concrètes d'implantation doivent être analysées et interrogées.

La metropole insaisissable pour ceux-la memes qui l'habitent ou les obstacles a toute description

Des limites administratives arbitraires et non intégrées par la population : quel quartier, quel arrondissement ?

Arrondissements et quartiers : des trompe-l'oeil?

6 Une des difficultés majeures -très révélatrice du rapport opaque que certains Stambouliotes peuvent entretenir avec leur propre milieu de vie et de travail- tient au fait que les limites administratives ne sont pas du tout (pas encore?) intégrées. A la question "où sommes-nous?", posée lors de nos enquêtes, la réponse était fréquemment des plus floues et évasives. L'ignorance manifestée et les méprises révélées concernent autant le niveau de l'arrondissement (souvent confondu avec le territoire de compétence de la seule municipalité de GOP) que celui du quartier (mahalle). Il est vrai que les redéfinitions incessantes, aux justifications douteuses, ne facilitent pas l'intériorisation/l'assimilation de ces limites. Ainsi, en février 1997, le territoire de la municipalité de GOP compte officiellement 26 quartiers, dont près d'un tiers (tous situés dans la partie nord de l'arrondissement) ont été créés depuis 1992. Pour les quartiers que nous avons arpentés, on peut évoquer les seules modifications survenues en mars 1994 (à l'occasion des élections municipales) : création du quartier de Kara Yollarî (détaché de celui de Yeni), création des quartiers d'Esentepe, Cumhuriyet et Ugur Mumcu (détachés de celui d'Ellinci Yîl), et de celui d'Ismetpasa (à partir de celui de Sultançiftligi)... Rien d'étonnant à ce que les personnes interrogées se trompent, quand le redécoupage est intervenu après leur installation, d'autant que le nom spontanément donné par certains groupes d'habitants "conquérants" a pu ne pas être repris. Ainsi, le récent quartier Esentepe avait été auto-désigné, à la fin des années quatre-vingt, "Çankirililar" ("les gens de Çankiri"), terme qui signait la provenance directe ou indirecte des bâtisseurs politiques du quartier. Cependant, certains quartiers ont de fait une cohérence conférée par la topographie et l'hydrographie : les différents talwegs servant de limites (comme l'Hekimsuyu entre Yenimahalle et Kazîm Karabekir) et l'axe des interfluves constituant le coeur du quartier.

7Conjointement, s'il n' y a pas de correspondance entre quartiers, lieux-dits (ou secteurs) et arrondissements, il n'y en a pas non plus entre village et arrondissement. On est en plein arbitraire : le découpage administratif ne tient nullement compte de la réalité de l'urbanisation. Ainsi le village de Pirinççi, morphologiquement (et fonctionnellement) rattaché à GOP, relève de l'arrondissement d'Eyüp. Le cadre des arrondissements est donc inopérant pour rendre compte des mutations urbaines concrètes actuellement à l'oeuvre. En outre, hors de la municipalité de GOP, le village (köy) d'Imrahor a un territoire propre qui s'étend en partie hors de l'arrondissement. Autrement dit, un même village peut être écartelé entre plusieurs arrondissements.

8Parallèlement, la distribution des compétences entre l'arrondissement, la municipalité de GOP et les mairies de quartier (muhtarlîk) n'est pas toujours aisément saisie; ce qui contribue aussi à brouiller le rapport aux échelons administratifs de proximité. Si les maires de quartiers n'ont qu'une fonction d'intermédiaires (entre les administrations et le citoyen) et d'enregistrement14, la municipalité de GOP dispose des compétences en matière de construction (délivrance des autorisations, élaboration des plans de construction), alors que l'arrondissement (et la sous-préfecture, kaymakamlîk lui correspondant) conserve la maîtrise du cadastre et de l'enregistrement de la propriété du sol (tapu ve kadastro). Cependant, les limites officielles de compétence peuvent être transgressées. En effet, bien que le village d'Imrahor se trouve en dehors du territoire de compétence de la municipalité du grand Istanbul, il vient de bénéficier de services de celle-ci, avec l'ouverture d'un magnifique boulevard de desserte, deux fois deux voies avec terre-plein central, à partir d'Arnavutköy, à la fin de l'année 1996. Mais le maire du village est un "compatriote" (Hemsehri de celui du Grand-Istanbul15 (ils sont tous les deux d'Artvin) : les accointances politico-régionalistes ont donc vite fait d'abolir les attributions officielles de compétences... Redéfinitions, accommodements permanents.

Quels repères utiliser alors ?

9 L'espace vécu ne se construit donc pas (ou très peu) par rapport à ces niveaux administratifs, souvent perçus comme plaqués, artificiels; il se réfère plutôt à des toponymes ou lieux-dits plus anciens, qu'utilisent les systèmes de transport collectif dans la description de leurs itinéraires (de préférence aux repères administratifs). Comme si l'ancien système de repères (et d'identification?) était plus fiable (parce que plus stable?). Pour ces repères pratiqués, on parle en turc de mevki (lieu) ou de bölge (secteur) : il s'agit fréquemment d'anciens villages, hameaux ou fermes. Par exemple le terme de Sultançiftligi, souvent abrégé en "Sultan" ou en "Çiftlik" dans les dolmus, ne renvoie pas au seul quartier qui porte actuellement ce nom, mais à plusieurs (au moins cinq), partiellement ou intégralement. De même celui des "Cinq cents maisons" (Bes yüz Evler), qui est utilisé dans plusieurs quartiers contigus (et même dans deux arrondissements...), ou encore celui d'"Habibler", qui est éclaté en trois arrondissements différents (GOP, Eyüp et Esenler) et en au moins cinq quartiers; de même celui de "Gazi", que l'on étend au quartier de Zübeyde Hanîm et à une partie de celui d'Esentepe. En outre, les vieux termes de Zeytinçatal (à Malkoçoglu), de Tabya (terme qui signifie "fortin"), à Ellinci Yîl, ou de Taslîtarla sont plus utilisés que ceux des quartiers où se trouvent ces lieux-dits.

10 Pour autant, il est une strate toponymique, passée, bien enfouie, qui joue peu comme strate de référence, c'est la strate grecque, que les émigrés de Thrace auraient pourtant pu réactiver. Ainsi le villlage de Tasoluk était dénommé jusqu'en 1920 "Ayazma", un mot directement emprunté au grec16, qui resurgit dans les agences immobilières.

L'anonymat provisoire des numéros et des lettres

11 Cette opacité (qui participe de la difficulté à s'approprier un territoire..) est probablement accusée par le recours généralisé aux numéros et aux lettres pour la désignation des rues et avenues. Un des indices de la stabilisation du tissu urbain et d'un procesus d'appropriation en cours réside sans doute dans le passage d'une voirie anonyme à une voirie nommée. Ainsi dans le quartier d'Ellinci Yîl, l'avenue O est devenue dernièrement la Mevlâna Caddesi, et la rue 2376 le boulevard Ahmet Yesevi.

12 On peut par ailleurs faire un lien entre la précarité de la situation (socio-économique et politique) de nombre d'enquêtés et les difficultés d'identification à un territoire défini d'Istanbul. La survalorisation des identités d'origine (plus ou moins mythifiées) pour les migrants, l'hésitation à se faire inscrire comme résident dans les mairies de quartier, comme celle à se faire inscrire sur les listes électorales expriment à divers titres cette difficulté d'ancrage.

Istanbul "jusqu'où ?" ou l'insuffisance patente des bornages habituels

13 Sur l'Eski Edirne Asfaltî, en direction de l'ouest, peu après le lieu-dit "Habibler", on peut voir un panneau, auquel plus personne ne prête attention, qui marque la limite du territoire de la Grande-Municipalité d'Istanbul. Petit panneau dérisoire, où le nom "Istanbul", en lettres blanches sur fond bleu, est barré de rouge. Au-delà, tout en restant dans le département d'Istanbul, s'étend, avec des solutions de continuité (forêt non encore réduite; cf. fig1), un espace de conquête foncière pleinement pris, désormais, dans la dynamique globale de la mégapole (voir infra). Il suffit de considérer les rythmes de croissance démographique, l'effervescence du marché foncier, l'origine de ceux qui le contrôlent, et la transformation rapide des paysages. C'est la raison pour laquelle il nous a semblé indispensable, nonobstant les limites administratives officielles, d'intégrer ces espaces nouvellement contaminés par la fièvre de construire. Aussi les marges de la métropole, perpétuellement évolutives, sont pour nous les derniers espaces où s'exerce l'influence directe de l'expansion de celle-ci (en termes de dynamique foncière et de migrations quotidiennes de travail17).

14 Bien sûr, à la question : "Vous sentez-vous Stambouliote, et dans quelle mesure ?", les réponses fournies furent variables, selon les positions sociales, géographiques, politiques et économiques, selon l'ancienneté de l'implantation, et surtout selon ce que chacun entendait par "Istanbul"... Mais dans la plupart des cas l'identité stambouliote n'était pas prioritairement avancée et revendiquée, tout au moins de façon exclusive; elle était invoquée après l'identité régionale de provenance, même si les personnes interrogées, très jeunes, étaient nées à Istanbul. L'identité stambouliote est une identité encore très abstraite, voire virtuelle ou trop imprécise-lourde pour être assumée; identité à venir, accessoire, occasionnelle. Aux marges de la métropole, les réponses que nous avons recueillies furent à cet égard très significatives. Un exemple : à Bogazköy, un épicier18 originaire de Çorum, ayant vécu une dizaine d'années dans un arrondissement central d'Istanbul avant de s'installer dans ces marges, il y a six ans, s'est défini comme "Anatolien de Batîkent". C'est-à-dire par une identité composite, qui associe le territoire provincial d'origine (où il se rend plusieurs fois par an) au territoire d'avenir, en court-circuitant Istanbul proprement dit.

15 Les identités urbaines sont donc multiples et perpétuellement en construction ou reconstruction. A cet égard, l'exergue du supplément "Istanbul" du quotidien Sabah -"Devenir Stambouliotes. Nous sommes tous Stambouliotes. Il n'y a pas d'autre Istanbul"- sonne comme un pathétique déni de cette complexité.

Une statistique douteuse et des estimations chiffrées peu fiables : mieux vaut se taire ?

La question sensible des kayîtsîz ou l'impossible estimation de la population résidente

16L'évaluation quantitative de la population urbaine se heurte à une autre difficulté de taille : l'importance des personnes non enregistrées comme résidentes (dites kayîtsîz), auprès de leur mairie de quartier (ou muhtarlîk), comme auprès de la direction à la population de la sous-préfecture (kaymakamlîk). En effet, les "cahiers d'enregistrement" (kayît defterleri) des maires de quartier (photo 1), sur lesquels, au fur et à mesure des installations, devraient être reportées adresses, profession et composition de la famille des nouveaux arrivants, pourraient être de très précisieuses sources. Mais de l'aveu même de tous les maires et fonctionnaires interrogés, non seulement les chefs de famille tardent à procéder à cet enregistrement, mais beaucoup ne le font pas, même après un délai de six mois, versant, de ce fait, dans le provisoire, la marginalité19 et l'illégalité. De la même façon, les maires déplorent n'avoir aucune compétence pour enregistrer les implantations d'entreprises ou les ouvertures de lieux de travail (isyerleri) dans leur quartier; ils en sont réduits à des conjectures. En conséquence, le débat porte sur la proportion des habitants non enregistrés : les réponses données par les maires et fonctionnaires consultés vont de 5% à 45%. La directrice du département "Population" de la sous-préfecture a même admis, impuissante et désolée, que le recensement de 1990 avait sous-évalué aux deux-tiers la population de GOP20. On a remarqué que les maires proches du Refah (même si officiellement un maire de quartier se doit d'être "indépendant", sans allégeance politique affichée) avaient souvent tendance à insister sur la question des non-inscrits, qui n'est pas sans enjeux électoral et/ou fonciers. Comme si le Refah souhaitait partir à la conquête de cet électorat en puissance, en oeuvrant à sa sortie de l'ombre. Pour certains militants exaltés, pariant sur ces forces cachées, Istanbul compterait même quarante millions d'habitants21 !!! Quoi qu'il en soit, pour les quartiers périphériques en tout cas, il conviendrait de réviser à la hausse les chiffres de population officiels. Cependant, comment qualifier ces "non-inscrits", sorte de clandestins, qui forment une population occulte et instable, alimentant marchés noirs du travail22, phantasmes, effrois23 ou appétits politiciens? Sous-urbains en transit, urbains de fortune ou "citoyens de seconde voire de troisième classe" (ikinci veya üçüncü sînîf vatandas) ?

17 Enfin, le problème de l'estimation démographique se complique, quand on sait la rapidité et l'arbitraire des redécoupages administratifs, dont les limites servent de cadre de référence aux recensements. Ceci empêche toute mise en perspective diachronique et toute comparaison sérieuses. Ainsi pour le quartier de Gazi, la population généralement fournie ne tient pas compte du fait qu'administrativement Gazi a été divisé en deux, en 1984, pour donner naissance au quartier de Zübeyde Hanîm.

Les chiffres officiels, malgré tout...

18Néanmoins, pour repère (grossier) et sans commentaire abusif, on rappellera les données dont nous disposons (tab.1, 2 & 3) : recensements jusqu'en 1990, enquête municipale de 1994, estimations recueillies en 1997. Les données par quartier du début 1994 (tab.3), établies en vue des élections municipales par enquêtes de terrain, nous semblent les moins fantaisistes et les plus intéressantes. En outre, on peut aussi s'appuyer sur celles fournies par la "Chambre des architectes du Grand Istanbul" (Sarîhan-Erbas, E., et alii, 1993, p.11).

Tableau 1 : la population de l'arrondissement de GOP (1950-1997)

Années de recensement

Population totale de l'arrondissement

1950

      5 407

1955

    18 049

1960

    65 351

1965

    90 855 (à 77,31%  urbaine)

1970

  126 509

1985

  291 715

1990

  393 667

(1997

de 700 000 à 1 200 0000 ?)

Sources : Istanbul Ansiklopedisi, 1994, t.3, Institut d'État de la Statistique (DIE), Ankara, et entretiens, février 1997, pour l'année 1997.

Tableau 2 : La population des "villages" de l'arrondissement de GOP en 1965, 1990 (et 1997).

Nom des villages

Population

en 1965

Population en 1990

Estimation

1997

Arnavutköy (Refah*)

     999

        21 143

Devenu municipalité

en 1987

40 000

Bogazköy (DYP*)

  1 032

          4 495

Devenu municipalité

en 1993

15 000

Bolluca (Refah*)

     242

           2 409

  6 000

Cebeci(köy)

     902

plus comptabilisé

comme village

Çilingir

     393

       612

Hacîmasalî

     264

       326

Haraççî (Refah*)

     465

    2 671 (municipalité

depuis fin 1993)

Imrahor

     660

       1 863

  4 000

Küçükköy

15 564

plus comptabilisé

comme village (*)

Tasoluk (DYP*)

     418

    2 527 (municipalité

depuis 1993).

Yeniköy

(**)

    2 338

Tayakadîn

(**)

    1 097

* : Parti qui tient la municipalité.

(*) : Population néanmoins estimée, pour la municipalité de Küçükköy, à 260.000 en 1993.

(**) : ces villages n'existant pas comme tels en 1965.

Source : Institut d'État de Statistique, Ankara; et enquêtes (janvier/février 1997) pour les tentatives de réactualisation

Tableau 3 : Enquête par quartiers de la municipalité de GOP : population, habitat et travail en mars 1994.

Nom des quartiers

Nombre

de loge-

ments

Popula-tion

Nb. de

lieux de

travail

Nombre

d'actifs

Nb. de

bâti-

ments*

0.Yeni Mahalle

6 070

25 911

   962

2 832

2 099

1.Karayollarî

4 732

15 299

   589

3 040

2 095

2.Kazîmkarabekir

7 150

47 048

   334

  863

2 241

3.Zübeydehanîm

5 995

28 050

   767

  835

3 357

4.Gazi

6 638

3 684

1 077

  968

3 671

5.Cumhuriyet

1 889

5 990

  110

  133

  424

6.Esentepe

2 910

14 393

   292

  334

2 198

7.50. Yîl

9 336

36 251

1 866

3 106

4 142

8.Ugur Mumcu

6 871

23 675

1 340

4 028

2 184

9.Cebeci

8 395

25 738

1 651

4 293

3 772

10.Sultançiftligî

4 816

18 006

1 308

2 027

2 030

11.Ismetpasa

6 039

22 800

(35 000

selon maire,

en 1997)

1 170

2 507

2 669

12.Malkoçoglu

1 604

5 870

448

1 852

   752

13.Habibler (GOP)

1 387

6 622

165

   700

1 302

Source : chiffres (à usage interne) établis par la municipalité de GOP pour les élections de mars 1994, et grâcieusement transmis par le muhtar de Karayollarî.

* On entend par "bâtiment" une construction sur une parcelle, qui peut être un immeuble ou une maison individuelle.

Le risque obligé des sources orales et les précautions indispensables

Pour décrire les marges mouvantes de la métropole stambouliote, le chercheur est donc tributaire des sources orales, qu'il lui faut traiter avec une infinie prudence, compte tenu des propensions à l'exagération, des déformations partisanes ou intéressées et des ignorances plus ou moins dissimulées des interlocuteurs, quels qu'ils soient. Cette incertitude est flagrante en ce qui concerne l'évaluation de la population actuelle de quartiers qui ont énormément changé (voire sont apparus) depuis le dernier recensement général (1990) : on a très fréquemment noté une tendance à la sur-évaluation de la part de militants ou sympathisants du Refah, enclins à gonfler le poids de leurs partisans en puissance. L'incertitude est aussi grande à propos du respect des normes anti-sismiques (auxquelles tout constructeur est censé se soumettre à Istanbul). Sur ce dernier thème sensible, selon les interlocuteurs, nous avons entendu tous les types de discours : du contre-maître (kalfa) assurant qu'il ne prenait aucune mesure, et avouant que pour rien au monde il n'habiterait dans les immeubles qu'il construit, au fonctionnaire de la mairie de GOP assurant que toutes les précautions étaient désormais prises... A qui se fier?

La presse écrite (turque) consultée, qu'elle soit quotidienne ou hebdomadaire, n'offre pas plus de garanties; trop souvent au contraire, elle entretient (reflète et répercute) les confusions, plus qu'elle n'aide à les dissiper. On peut citer par exemple un des multiples articles consacrés aux "événements de Gazi" (ici dans le quotidien Yeni Yüzyîl24) qui crédite le seul quartier de Gazi d'une population de 120 000 habitants! Valeur quelque peu excessive, même si l'on annexe à Gazi le quartier de Zübeyde Hanîm.

Des espaces encore turbulents : les migrants faiseurs de metropole composite

Le "phénomène de la migration" (göç olayî) à GOP : la question des provenances

La provenance : multi-latéralité et enjeux

Dans la définition (toujours circonstanciée) de l'identité, on l'a vu, la référence à l'origine provinciale et départementale (le memleket, hors d'Istanbul) est quasi permantente. Mais il faut ajouter qu'elle n'est pas exclusive d'autres références : on peut être "d'ici et  de là-bas"... En effet, nous avons rencontré plusieurs cas, masculins25, d'identité métropolitaine intermittente, si l'on peut dire. Tel F*, qui se proclame à la fois d'Istanbul (Ellinci Yîl) et d'Erzurum (arrondissement de Tekman), les deux pôles séparés de plus de 1 000 km entre lesquels il partage son temps; soit le village, où il continue à être agriculteur (cultures, animaux) et GOP, où il a installé sa femme depuis 1991, ses cinq enfants à scolariser et sa jeune soeur (dont le mari est en Allemagne), qui prête main forte à sa femme. Son rythme est le suivant : trois semaines au village, une semaine à Istanbul; ce, chaque mois, avec des infléchissements, en fonction de la saison et des contraintes, ici ou là. Deuxième difficulté : être né à Istanbul ne signifie pas que l'on se sente d'Istanbul; ce qui peut biaiser les réponses...

Enfin, la question de la provenance des migrants constitue un enjeu, toujours perceptible au cours de nos entretiens avec les muhtar, qui, sans exception, ont insisté sur les origines mêlées (karîsîk) de leurs administrés, en recourant abondamment aux métaphores de la mosaïque et du mélange. Comme par crainte de voir assimiler leur quartier à une unique origine, qui donnerait une coloration trop exclusive (et effrayante?) à celui-ci... L'apport kurde récent, des régions est et sud-est, n'est pas nié par les muhtar (qui invoquent tous la "terreur"26 comme facteur principal de l'afflux kurde vers Istanbul), il est seulement relativisé.

Aux termes de nos entretiens, que savons-nous pour les quartiers nord de GOP de l'origine des migrants?

Tout d'abord -contrairement à ce que prétendent certains habitants tentés de surestimer le poids de leurs "compatriotes" (hemsehri) -, il n'y a pas de provenance exclusivement dominante (d'un arrondissement, d'un département ou même d'une région statistique), à l'échelle du quartier en tout cas. Sauf à Ellinci Yîl, où l'on a constaté une très forte dominance de personnes venues de la (cependant vaste) région statistique "Anatolie orientale" (Dogu Anadolu), et notamment des départements d'Erzurum et Kars. Sinon, les quartiers sont tous à l'image d'Istanbul, des mosaïques, des résumés (partiels) de la Turquie. Et l'échelle spatiale la plus pertinente pour apprécier les indéniables pratiques de regroupement (par allégeance régionale, départementale, villageoise ou familiale) n'est pas le quartier, mais plutôt la rue, l'ilôt, voire seulement l'immeuble. En d'autres termes, jamais une seule filière d'immigration n'a durablement le monopole de l'installation dans tel ou tel quartier.

En effet, quand on s'efforce de suivre et d'identifier les flux migratoires à GOP, sur plusieurs décennies, il apparaît que leur contenu se modifie (et se diversifie) au fil du temps. L'analyse de ce contenu migratoire (et de ses mutations) peut s'appuyer, mis à part les entretiens, sur d'autres sources et indices, qui se sont révélés utiles et complémentaires à l'épreuve. Ce sont : les créations de "Société (de Soutien/Culture et) d'Entr'aide27" à base régionaliste (ou localiste), dont la chronologie rend plus visibles les courants d'immigration; les cimetières, ceux de Gazi, Habibler et Malkoçoglu (fig.2), dont les pierres tombales parlent, parfois avec un luxe de détails, de l'origine des défunts28; le nom et les destinations de prédilection des sociétés de bus ayant ouvert un bureau dans ces quartiers (et la chronologie de leur installation29); les noms des commerces (épiceries, restaurants, "cafés"30...), des "agences immobilières" (emlâkçî), des immeubles31 ou des "cités"; parfois aussi les slogans politiques sur les murs32...

En fonction de tous ces indices, on peut esquisser un canevas, une grossière chronologie des installations, depuis 1922-23, à la périphérie de GOP, en insistant sur le fait que les vagues migratoires ne s'annulent pas les unes les autres, qu'elles se superposent ou s'entrelardent, qu'elles s'auto-entretiennent et qu'elles peuvent connaître une réactivation momentanée (d'où l'idée de "fonds" migratoires pouvant être rajeunis). Au début des années vingt se sont installés (notamment à Cebeciköy) des émigrés (muhacir/göçmen) de Thrace grecque, qui sont encore très identifiables, comme tels33. La deuxième vague débute à partir des années quarante, et s'intensifie durant les années cinquante : c'est celle des Bulgares et/puis des Yougoslaves -aussi désignés comme göçmen-, numériquement beaucoup plus importante que la précédente. On peut même décrire cette vague comme fondatrice pour la périphérie de GOP34, puisqu'elle correspond au début d'une spéculation foncière. Ce qui fait dire à un "agent immobilier" du quartier d'Ellinci Yîl que "ce sont de riches étrangers, à qui Atatürk et Menderes ont fait des cadeaux, qui contrôlent le marché foncier". Par ailleurs, il est à noter que cette vague connaît depuis le début des années quatre-vingt-dix, une certaine réactivation, selon des modalités bien différentes (migrations moins massives et officielles). La troisième vague, dans les années soixante-dix35, est simultanément de la mer Noire (Karadeniz) et de l'Anatolie centre-orientale (surtout de Sivas). La quatrième est d'origine orientale (Est-Anatolie et, dans une moindre mesure, Sud-Est-Anatolie) et centre-anatolienne (Çankîrî et Kayseri36 par exemple).

Ce schéma global doit être affiné et nuancé pour chaque quartier. Ainsi, en se fondant sur la seule chronologie des créations de Sociétés (de culture et) d'Entr'aide, on obtient la séquence suivante pour le quartier d'Ellinci Yîl : Ezurum, Sinop, Sivas-arrondissement de Zara, Sivas-arrondissement de Koyulhisar (village de Ballîca), Adîyaman (arrondissement de Gerger, village de Güngenli) et Kayseri (Develi). De même, pour le quartier de Cebeci, on relève l'enchaînement suivant : "Trakya ve Rumeli Göçmenleri", "Balkan Türkleri", "Trabzonlar", "Sinoplar", Kastamonu (arrondissement de Çatalzeytin37), Çanakkale, Edirne (Kesan) et Malatya. Le quartier de Gazi fournit une autre variante : à l'apport bulgare et yougoslave des années cinquante et soixante (les plus veilles tombes du cimetière leur appartiennent) s'est ajouté un apport de la mer Noire et de Sivas (surtout de l'arrondissement de Zara, Anatolie centre-orientale) durant les années 1970 et 1980, auquel a succédé un apport sud-est-anatolien. Aussi, la "Société d'entr'aide de Varto" (département de Mus) vient-elle d'ouvrir38 ; et au début de l'année 1997, la majorité des personnes se faisant inscrire sur les registres de la mairie de quartier provenait de l'Anatolie sud-orientale (et surtout de Mus, justement) et, dans une moindre mesure, centre-orientale (Erzincan ou Elazîg)39.

Enfin, autre indice, on a noté que les quinze maires de quartier interrogés, de Yenimahalle au quartier "merkez" de Bogazköy, sont des migrants (nés hors d'Istanbul). Six viennent d'Anatolie orientale (3 Sivas, 3 Erzurum), quatre de la mer Noire (d'Artvin à Samsun), trois d'Anatolie centrale (Çorum, Çankîrî et Malatya) et deux de l'extérieur de la Turquie40.

Il y a bien mosaïque, mais celle-ci ne se compose pas de façon aléatoire, en échappant à toute rationalité.

La part cachée des Stambouliotes ou la dynamique migratoire interne à la métropole

Si l'on n'a relevé qu'une seule fois la mention explicite "Stambouliote/Istanbullu"  dans un cimetière (celui de Habibler; fig.1), il ne faudrait pas en inférer que le développement des marges de la métropole se fait par les seuls apports extérieurs. Il est aussi alimenté par des apports en provenance de certains arrondissements centraux d'Istanbul, en voie de désengorgement, voire également d'arrondissements périphériques. A l'inverse, la mention de l'origine (départementale) ne signifie pas nécessairement que le défunt se soit installé directement à GOP. A cet égard, les entretiens oraux permettent de cerner et retracer des "trajectoires d'implantion", qui fréquemment passent soit par des arrondissements-relais (vécus comme des étapes provisoires), soit par des lieux de première installation. Les arrondissements de première installation à Istanbul (dans les années soixante ou soixante-dix, souvent) sont  très majoritairement (pour GOP) ceux de Fatih et Bayrampasa. Le mouvement vers GOP s'apparente alors à un phénomène de desserrement, selon une logique de relative contiguïté spatiale et proximité. Et l'essaimage à GOP de certaines confréries ou cemaat, dont la "tête" se situe à Fatih, n'est qu'une des expressions de ce processus. En outre, en s'en tenant aux seuls entretiens avec les muhtar, on prend bien la mesure de ce desserrement : à Karayollarî le muhtar vient de l'arrondissement de Fatih (qu'il a quitté en 1986), où il s'était installé en 1963; de même, le maire d'Esentepe avait passé quelques années à Fatih avant de s'installer en 1989 seulement à GOP; le maire de Malkoçoglu, quant à lui, a d'abord vécu au centre de GOP, où il possède encore un commerce; son assistant (yardîmcî) a un itinéraire encore plus exemplaire : originaire de Kars, il s'est d'abord installé en1965, avec ses cinq frères, à Bayrampasa, qu'il a quitté pour Cebeciköy en 1982, puis pour Malkoçoglu vers 1986, où il a fait construire un immeuble; et le tenancier de la kiraathane à proximité, originaire de Tekirdag (Thrace turque), a aussi transité par Bayrampasa, avant de s'implanter en 1987. Enfin, dans les communes de l'extrême périphérie, comme Bogazköy ou Arnavutköy, la part de ces Stambouliotes paraît encore plus importante.

Quant aux "arrondissements-relais", nous avons relevé Ümraniye et Tuzla (tous les deux très éloignés, "sur la rive opposée", karsî), surtout pour les habitants des quartiers Gazi et Zübeyde Hanîm. Plusieurs habitants (alévis) de Gazi ont reconnu avoir transité par Ümraniye, et toujours posséder de la famille, du terrain ou un immeuble dans cet arrondissement41. On peut signaler enfin que GOP n'est pas au terme des trajectoires résidentielles : d'après une enquête publiée récemment dans la revue Istanbul Dergisi, c'est au contraire l'un des arrondissements d'Istanbul que ses habitants souhaiteraient le plus volontiers quitter, pour d'autres, mieux réputés.

Les rythmes actuels d'arrivée/d'installation : quelle dynamique (quel comptage)?

A partir des cahiers d'enregistrement (kayît defteri) que tiennent les muhtar -et malgré les réserves émises quant à leur fiabilité : l'enregistrement ne se faisant parfois, quand il se fait, que des mois après l'installation-, on peut avoir une idée du volume de l'afflux actuel des migrants à GOP. Mais d'abord, on rappellera le caractère élargi et évolutif/instable des "familles" (ou "foyers" : hane) déclarées. Non seulement elles comprennent très rarement le seul ménage parents-enfants, mais en plus elles se recomposent/reconfigurent sans cesse, en fonction des circonstances et selon la loi de l'"esprit de famille" (akrabalîk), fait d'entr'aide dans les coups durs (accueil d'une veuve, de neveux orphelins, de grands-parents...) et d'échanges de services. A partir du nombre de "familles", il faut donc appliquer un coefficient 6 ou 742, pour obtenir le nombre des personnes. Sur cette base, on peut considérer les réponses fournies : selon les quartiers sondés, le nombre de familles enregistrées pour le seul mois de décembre 1996 oscillait de 5 (pour Cumhuriyet) à 70 familles (pour Cebeci), en passant par 63 pour Ellinci Yîl, 35 pour Ismetpasa, 30 pour Gazi, 28 pour Sultançiftligi, et 15 pour Ugur Mumcu; soit de 35 à 490 personnes supplémentaires en moyenne. Quoi qu'il en soit, en précisant que ces installations ne sont jamais toutes durables et permanentes et que les variations d'un mois à l'autre sont courantes, on a là, à l'échelle des quartiers, un indicateur de la dynamique migratoire, plus concret que les taux de croissance (datés) fournis par les statistiques officielles. Ce, à condition d'intégrer à cette dynamique les départs qui, bien que mal cernés, relèvent à la fois d'une redistribution vers d'autres arrondissements d'Istanbul (GOP n'étant alors qu'un espace de transit) et, plus rarement,  de retours au lieu d'origine.

Une immigration calculée... et diversement lucrative

A la suite de nos observations et entretiens, l'idée d'une migration vers Istanbul qui soit spontanée, irrépressible et incontrôlable -le mystérieux "phénomène migratoire" (göç olayî) contre lequel s'indignent (ou feignent de s'indigner), inlassablement, les politiciens- nous semble de moins en moins défendable. Tout au contraire, on serait tenté de croire qu'exil et exode vers Istanbul sont artificiellement (parfois violemment) suscités, provoqués par des factions qui ont tout intérêt à ce que la demande en terrains et logements, la pression sur le marché de la construction continuent à être forts. Ces groupes d'intérêts influents seraient constitués de constructeurs, propriétaires de terrains et de logements et autres intermédiaires, soucieux d'écouler au meilleur prix leur stock. Dès lors, une des fonctions des réseaux d'entr'aide apparaît au grand jour : alimenter, entretenir et diriger le flux de migration vers les "compatriotes" disposant d'un parc de logements à louer ou vendre, qui deviendront les patrons (à la fois protecteurs, garants et, le cas échéant, employeurs dans un des multiples ateliers de confection de GOP). C'est ainsi que se forment, au nom de la solidarité régionale ou villageoise, des réseaux d'obligés. Par l'émigration, il s'agit en définitive d'assurer la formation et le renouvellement constant de l'"armée de réserve" d'indigents, de demandeurs de logements et de clients politiques dévoués, dépendants et redevables. A cette visée politico-économique, on pourrait ajouter la visée religieuse, sachant que nombre de filières migratoires sont, en même temps et indissociablement, des filières religieuses (cemaat, tarikat, cemiyet). Ainsi, la cemaat de Mahmut (Ustaosmanoglu) Hoca43 (lui-même originaire de Trabzon, Çaykara) fait-elle le lien entre arrondissements de la côte est de la mer Noire et GOP, via Fatih. Et cette collusion entre le religieux, l'immobilier et le politique est flagrante chez certains muhtar, qui sont à la fois tête de filière migratoire, homme d'un parti (malgré les interdictions statutaires) et vaguement agent immobilier (les petites annonces étant affichées sur les murs ou vitres mêmes de leur local).

Une métropole en voie de consolidation : acteurs et modalités de la construction

Verticalisation du bâti et fin des gecekondu ?

Une verticalisation bien engagée

Contrairement aux tenaces idées reçues, l'habitat dominant dans les périphéries de la métropole n'est pas (plus?) un habitat individuel bas, sans étage. Pour s'en convaincre, il suffit d'examiner les types de construction érigés à l'heure actuelle du côté d'Arnavutköy, c'est-à-dire sur le front d'urbanisation : il s'agit en majorité d'immeubles (apartman), d'au moins 2 étages (photo 1)44. De même, à partir des données établies pour les élections de mars 1994, à l'échelle des quartiers (tab.3), on peut calculer le nombre moyen (indicatif) de logements (konut) par construction (bina). Si la valeur moyenne est de 2,36 pour l'ensemble des quartiers de la municipalité de GOP, pour les quartiers nord que nous avons enquêtés, elle est située entre 1,06 (pour Habibler, le quartier le plus périphérique de la municipalité) et 4,45 (pour le quartier de Cumhuriyet). A ce propos, signalons qu'il n'y a pas de rapport entre l'ancienneté de la création du quartier et la hauteur moyenne de l'habitat : Ismetpasa, créé en 1994, affiche cette même année un rapport de 2,26. On serait même tenté de dire que la relation s'inverse : Habibler, vieux lieu d'implantation (à l'habitat de physionomie très rurale) se distingue par le rapport le plus faible. Par conséquent, le terme de verticalisation ne doit pas induire en erreur : il désigne moins le remplacement d'un bâti peu dense par un bâti plus dense, que la construction immédiate d'un habitat en hauteur : c'est là que réside le changement par rapport aux pratiques prévalant jusque-là. Autrement dit, dans le processus d'urbanisation, l'étape de la "primo-construction" (pionnière), basse et sommaire, tend à disparaître (photo 2).

Sensibles questions de définition

Dès lors, pour GOP en tout cas, -au risque d'aller à l'encontre d'un discours confusionniste et misérabiliste sur la métropole stambouliote- on doit admettre que les gecekondu  ne constituent plus la majorité des logements. Mais il faut préciser ce que l'on entend ici par gecekondu. Pour la préfecture d'Istanbul (Sönmez, M., 1996, p.140), ce qui définit le gecekondu, c'est avant tout l'illégalité initiale (quel que soit le nombre d'étage de la construction). Pour nous, la définition doit être double : à la fois morphologique (ou typologique, au sens architectural) et juridique. Ainsi, le gecekondu est un habitat d'apparence rurale, initialement bas, privé des équipements de base, mais intrinsèquement évolutif, d'une part, et une forme d'auto-construction illégale (sans autorisation), sur des terrains possédés ou non par les constructeurs, d'autre part. Cet habitat auto-construit peut perdre ses caractéristiques premières et, avec le temps, être légalisé (yasallasan), "amélioré", remanié et "induré", en fonction du contexte politique. Dès lors, la difficulté réside dans le fait que l'on continue à parler de gecekondu  pour un habitat légal (ou légalisé), intégré aux réseaux de base..., simplement parce que c'est un habitat sans étage, ou originellement illégal45.

Ces précisions faites, on note que sur les 15 quartiers enquêtés, les gecekondu ne sont prédominants que dans un seul : Gazi Mahallesi, où ils représenteraient, selon le muhtar, 60% des logements. A Zubeyde Hanîm (photo 3), quartier limitrophe de Gazi, les gecekondu représenteraient, selon le muhtar, plus du tiers des logements (soit 2 000 familles). Un autre quartier, limitrophe de Gazi, se caractérise par une extension importante de ce type d'habitat : Esentepe (fig.2). Parallèlement, à Karayollarî, en janvier 1997, on ne dénombre "que" 200 gecekondu, sur un total de 2 200 constructions46 : cette proportion de 10% nous semble maximale pour les autres quartiers. Ceci admis, nous ne pouvons pas pour autant souscrire aux estimations officielles47 de la municipalité de GOP (pour qui la question des gecekondu est désormais réglée), qui fixent leur nombre à 4 000 au maximum, soit un vingtième des constructions recensées en mars 1994. Mais, quoi qu'il en soit, on est loin des affabulations d'"analystes" qui continuent obstinément à prétendre que plus de la moitié de la population d'Istanbul vit en gecekondu. A GOP, il est incontestable qu'il ne se construit, dorénavant, presque plus de gecekondu : les efficaces mesures prises par la municipalité Refah depuis mars 1994, comme l'évolution des pratiques de construction l'attestent. Mais la plupart des gecekondu construits jusqu'en mars 1994 a été légalisée (par distribution de titres de propriété officiels). D'ailleurs, pour le quartier de Gazi, la municipalité de GOP vient d'adopter (octobre et novembre 1996) un plan de transformation (tadilat) et d'amélioration (îslah) destiné, entre autres objectifs, à intégrer ou faire détruire les gecekondu les plus récents.

Traits d'ensemble et éléments de différenciation

Les zones48 de gecekondu présentent des traits communs qui tiennent avant tout à leur situation topographique et aux terrains investis. Beaucoup se sont développées sur des pentes raides (théoriquement inconstructibles) et/ou à proximité de ruisseaux (Hekimsuyu, Osman deresi) ou de foyers de nuisances fortes. A Zübeyde Hanîm et Gazi, les gecekondu récents sont implantés le long d'un tributaire (non canalisé) du barrage-réservoir d'Alibeyköy. A Karayollarî, les gecekondu (rues 1609 & 1610, sur l'A. Ipekçi Cadd.) dominent le périphérique autoroutier où le trafic est incessant. A Esentepe et Gazi, ils bordent l'abime des carrières (tas ocaklarî) bruyantes et polluantes (poussières). Enfin, d'autres occupent des terrains en suspens, comme ceux d'Esentepe, à proximité d'un boulevard tracé sur les cartes de la municipalité de GOP, mais pas encore réalisé (pas plus que la canalisation du ruisseau que suit le boulevard).

Au-delà de ces traits communs, si l'on met à part les gecekondu intersticiels, ponctuels ou résiduels, qui subsistent entre deux immeubles49, on peut différencier les zones de gecekondu  (une dizaine; fig.2) de diverses façons. D'abord d'après leur âge, leur degré d'ancrage et d'intégration au tissu urbain environnant : certaines ont plus de 25 ans (à Tarlabasî ou à Yenimahalle), d'autres ont à peine deux ans (à Zübeyde Hanîm sur l'Osman deresi, à Esentepe au bord des carrières ou à Karayollarî, près du terminus des bus). Différenciation d'après l'origine de leur population : mer Noire à Yenimahalle (au-dessus de l'Hekimsuyu), Kayseri (Develi) à Esentepe, Tunceli, Erzincan et Mus à Karayollarî, Zübeyde Hanîm et Gazi.

Enfin, les gecekondu ne sont pas nécessairement habités par ceux qui les ont construits. En effet ce type d'habitat a intégré le marché foncier et immobilier : les emlâkçî  implantés dans les quartiers nord de GOP louent et vendent tous, ouvertement, des gecekondu. Ce qui se vend bien ce sont les parcelles avec gecekondu destiné à être détruit et remplacé par un immeuble (la grande majorité des gecekondu résiduels est satîlîk). Ici, c'est la parcelle qui intéresse, plus que l'habitat qu'elle supporte. Mais la vente et la location peuvent se faire selon d'autres modalités : à l'intérieur d'une famille élargie ou d'une communauté villageoise. Ainsi, à Esentepe avons-nous  rencontré un natif de Sivas50 qui construisait depuis 13 ans à GOP, revendait ou louait à des proches, pour acheter d'autres parcelles, et à nouveau construire... et ainsi de suite. Ces entrepreneurs improvisés devraient être mieux étudiés...

Donc si les destructions de gecekondu se poursuivent (comme à Cebeci, fin février 199751), elles sont moins massives que celles de 1988 et 1989 (à Gazi),  plus "chirurgicales" si l'on veut.

Mais alors qui construit ? Auto-construction, apartkondu, müteahhit, et coopératives

L'omniprésence de l'autoconstruction

Le mode de construction dominant, actuel, à GOP est devenu l'auto-construction52 d'un immeuble -avec recours éventuel à un contremaître (kalfa) pour certaines opérations- sur un terrain légalement acquis et avec permis de construire (insaat ruhsatî) délivré par la mairie de GOP53. On peut citer deux exemples dans le quartier d'Ellinci Yîl : celui d'un "agent immobilier"54 de Sivas (installé au pied de son immeuble), qui a acheté sa parcelle en 1986, puis a fait construire d'abord un immeuble de 3 étages, auxquels il a ajouté deux autres en 1991; ou celui d'un paysan d'Erzurum, qui a aussi acheté55 -à un particulier(sahîs) - sa parcelle officiellement constructible, en 1986, puis a fait construire un immeuble de 3 étages, achevé en 1991, avec l'aide financière d'un frère travaillant en France depuis fin 1988.

L'exemple de C*, à Gazi, est assez analogue : venu de Tunceli, il achète une parcelle en 1979, puis fait construire un immeuble de 4 étages, achevé en 1984 (année où sa femme et ses premiers enfants s'installent à Istanbul), avec l'aide financière de son père et de ses frères émigrés en Europe (à qui est réservé un appartement dans l'immeuble, inoccupé la plupart du temps). Donc l'auto-construction d'immeubles demande du temps : il suffit de relever les dates de la délivrance des "autorisations de construire", qui sont désormais clairement affichées. Trois ou quatre ans, au minimum. Elle suppose aussi un efficace système familial d'entraide. La contribution de l'argent des émigrés y est cruciale : chaque immeuble auto-construit, renvoie à une ou des histoires migratoires. Elle produit les squelettes (kaba iskelet), bâtiments inachevés, comme dans l'expectative.

L'entrepreneur : fiabilité et arrangements

Deuxième modalité, moins fréquente dans l'ensemble, la construction par un entrepreneur (müteahhit) ou un "spécialiste du bâtiment" (insaat uzmanî). D'abondants exemples sont visibles dans les quartiers de Malkoçoglu et Cebeci. On reconnaît aisément ces immeubles, dans la mesure où ils sont édifiés dans des délais plus rapides (de 2 à 5 mois, selon la saison, "s'il y a de l'argent", pour un immeuble de 2 à 3 étages56), et de meilleure facture que les précédents (notamment la façade, soignée, est souvent couverte de mini-carreaux de céramique). En outre, le nom de l'entrepreneur est souvent indiqué, agrémenté d'une formule religieuse (masallah, bismillah...) en caractères latins57 ou plus fréquemment arabes. Par ailleurs, le mode le plus courant d'acquisition des parcelles par les entrepreneurs est un mode non monétarisé (et reposant sur la confiance) : c'est ce qu'on appelle le système "contre étage" (kat karsîlîgî), qui consiste à "payer" le propriétaire de la parcelle en lui cédant un ou deux étages de l'immeuble à contruire. Chaque partie semble y touver son compte... Il s'agit d'une variante (version "troc") du système de "Yap-Sat" (mot à mot "Fais-Vends") où l'entrepreneur vend au fur et à mesure qu'il construit, au coup par coup, s'auto-finançant par là-même. Mais l'entrepreneur peut aussi (plus rarement) travailler sur une parcelle qui ne lui appartient pas. Du reste, on peut considérer que la proportion des constructions réalisées par des entrepreneurs oscille de 5% à 25%, en fonction des quartiers : par exemple à Sultançiftligi, selon le muhtar, moins de 500 des 4 800 logements dénombrés sont l'oeuvre de ces professionnels.

Les coopératives : de Cumhuriyet... à Bogazköy

La distribution des immeubles édifiés par des "coopératives de construction", très identifiables par leur dimension, leur regroupement et leur isolement (guérite de gardien à l'entrée, haute enceinte surmontée de fils de fer barbelés) est très inégale. Ces immeubles, appelés blok (chacun abritant entre 12 et 28 familles selon la taille), sont regroupés en site (chaque site concentrant entre 8058 et 280 appartements). Ils ont été édifiés généralement sur des terrains du domaine public (hazine) "cédés" à prix avantageux, par des collectifs à base professionnelle. On en trouve dans plusieurs quartiers : dans ceux de Kazîm Karabekir59, de Sultançifligi60, d'Esentepe61, d'Ugur Mumcu62, de Cebeci63, et surtout dans le petit quartier de Cumhuriyet (fig.2). Dans ce dernier, les quatre cinquièmes de la population (des fonctionnaires et des travailleurs en majorité, selon le muhtar64) habitent dans diverses site achevées au milieu des années 1980. C'est pourquoi en mars 1994, il se distingue par le nombre de logements (konut) par construction (bina) le plus élevé (pour l'ensemble des quartiers de l'arrondissement de GOP : soit 4,45, contre 2,36 en moyenne (tab.3). Si à Cumhuriyet les site sont achevées (celles de Yesiladalar, Ormancîlar et Refahkent), plusieurs sont encore en chantier à Ugur Mumcu (notamment celle de "Seçkinler 2"65), Cebeci et Esentepe (site "Büyükay"66). Enfin, signalons qu'une nouvelle coopérative de construction a été fondée en 1995 sur le territoire de la jeune municipalité de Bogazköy; plus précisément, en entrant à Bogazköy (quand on vient du centre de GOP), en bordure de l'Eski Edirne Asfaltî. Mais en février 1997 seuls les défrichements préalables avaient commencé. Compte tenu du fort "taux de mortalité" de ces coopératives, il n'est pas sûr que celle-ci donne le jour à des constructions achevées.

Donc au total, ces "blocs" coopératifs n'abritent qu'une très faible fraction de la population des quartiers nord de GOP. Ils constituent de véritables enclaves dans le tissu urbain, avec souvent leurs propres commerces et services. De surcroît, le terme de "coopérative" -qui réfère à un esprit d'entraide- a tendance à être usurpé par des entrepreneurs ou des groupes financiers pour désigner des opérations à visées lucratives (sur des terrains privés), ce qui brouille les cartes.

Des acteurs plus visibles : les groupes religieux ?

Parmi les acteurs (de moins en moins officieux) de la transformation actuelle de GOP, on doit souligner l'importance prise par des groupes d'obédience religieuse, utilisant la législation sur les fondations pieuses (ou vaki) pour prendre position dans ces territoires en formation. On sait la prolifération des fondations (qui ne sont en fait pas toutes pieuses) dans la Turquie contemporaine (depuis 1985, exactement67). A GOP, les vakîf sont à l'origine de la construction de mosquées (qu'on appelle camikondu quand elles sont édifiées sans autorisation), de cours coraniques (kur'an kurslarî), de lycées "Imam Hatip"68 (conçus au départ pour former les prédicateurs) et même de logements. Parmi ces interventions, on peut citer, à Ellinci Yîl, le cas d'un "Anadolu Imam Hatip Lisesi" -à l'entrée du boulevard Mevlâna, tout juste inauguré- dont la construction est financée par la "fondation au service de l'humanité"69, émanation d'une très puissante association d'émigrés turcs en Allemagne. Mais c'est la cemaat de Mahmut Hoca70 qui semble plus que toute autre influente à GOP. A Malkoçoglu, cette cemaat édifie, par l'intermédiaire de la "Fondation pour le Bien-être et la Science"71 une imposante mosquée (du nom de Mescid-i Selam) flanquée de plusieurs bâtiments d'envergure. Mais l'opération la plus spectaculaire a pour théâtre le quartier Esentepe. Là, l'emprise de la cemaat  est extrêmement visible, puisque à l'immense mosquée (encore sans nom) et à ses annexes éducatives (cours coraniques, foyers et dortoirs72) s'ajoutent des "blocs" de logements qui dominent le talweg nauséabond du Cebecisuyu et une grappe de miséreux gecekondu (destinés à être résorbés rapidement?; cf. photo 4). On est donc entre l'auto-gestion (prise en charge à la base, par les citoyens-croyants, des frais de construction de leurs lieux de culte, de leurs écoles religieuses)73, le communautarisme et l'affairisme (opérations immobilières sous couvert d'oeuvres pieuses).

Au total, il ressort que la "construction illégale" (kaçak yapîlasma) peut revêtir à Istanbul des formes extrêmement diversifiées74 : on ne saurait la réduire à une seule de ses expressions.

Eléments pour un scénario : du champ à l'immeuble

Les changements de statut du sol

Juridiquement, les terrains maintenant investis passent (ou sont déjà passés), plus ou moins rapidement, par trois statuts, qui correspondent à des valeurs marchandes croissantes. D'abord celui de tarla (champ), puis celui de terrain cadastré non constructible (tapulu hisseli), enfin celui de terrain constructible (ifrazlî/imarlî). Évidemment, plus l'acheteur intervient tôt dans le processus plus la plus-value réalisable est forte. C'est tout le jeu des intermédiaires -commissionnaires, agents immobiliers-, comme des entrepreneurs. En l'occurrence, le moment vraiment stratégique est celui de l'"ouverture à la construction" (imara açîlîsî) d'une zone : il suppose une décision politique, lourde de conséquences, qui fait basculer le "secteur" promu, en matière d'autorisation de construire, sous l'autorité de la mairie de GOP. On dénomme cette "zone ouverte", jamais vierge de constructions : "domaine" ou "secteur d'installation" (yerlesim alanî, bölgesi). Il y a donc, dès lors, plusieurs stratégies d'anticipation : soit on achète un terrain agricole (ou déjà hisseli) et on attend sa promotion pour construire, soit on construit un gecekondu que l'on loue pour s'assurer une petite rente sans grand risque, soit on construit directement un immeuble (en pariant sur une légalisation a posteriori). Dans tous les cas, les relations politiques, économiques et religieuses sont déterminantes.

Actuellement, tous les quartiers de la municipalité de GOP ont été "ouverts à la construction", et sont dotés d'un "plan de construction" (imar planî) à grande échelle- périodiquement modifié (par des tadilat planlarî)- qui définit les modalités d'utilisation du sol, en faisant apparaître terrrains non constructibles (espaces verts, forêts), grandes infrastructures routières, grands équipements publics et zones industrielles. Le front d'urbanisation a donc glissé vers les terrains situés hors de la municipalité (et du Grand-Istanbul, fig.1). C'est pourquoi, la très grande majorité des terrains maintenant proposés à la vente par les emlâkçî de GOP, se situe hors municipalité (dans les villages et à Bogazköy ou Arnavutköy). Avec une prédilection pour les terrains (pour l'instant) non constructibles, sur lesquels les bénéfices, à court ou moyen termes, seront les plus avantageux. Dans ces marges, la stratégie qui semble avoir été la plus adoptée est celle de la construction anticipatrice : ce qui produit un très étrange paysage composé d'immeubles disséminés au milieu des prairies, sans aucune voirie de desserte (photo 5).

Le processus d'urbanisation n'est en fait ni linéaire, ni continu, ni totalement incontrôlé ou aberrant : il répond à une double logique, de hasard (comme les liens entre le maire du Grand Istanbul et celui du village d'Imrahor, qui expliquent l'aménagement d'un large boulevard d'accès à partir d'Arnavutköy) et de nécessité (contraintes pour la protection des réserves en eau, projet urbanistique opposable...). Aussi, connaît-il des à-coups, des ralentissements, puis de soudaines accélérations ou des infléchissements; au gré des changements de municipalité, des redéfinitions de limites administratives et des inititiatives et des "micro-coups de force", à la base (selon le principe du fait accompli), avec lesquels les autorités doivent obligatoirement composer.

Quelle chronologie?

On peut dès lors rappeler les étapes de la formation des quartiers urbanisés au Nord de GOP (on exclut ici les territoires hors municipalité). Le moment fondateur, les années cinquante, correspond à la phase de l'acquisition des terres (alors agricoles), souvent par des Turcs de Bulgarie ou de Thrace. A Sultançifligi, selon le muhtar, ces premiers acquéreurs, 120 personnes, venaient de Tekirdag (arrondissement de Saray). Pour le muhtar d'Ismetpasa, il s'agirait de trente familles bulgares ayant acheté en 1951. A Cebeci, ce sont des habitants du village proche Cebeciköy (peuplé d'anciens émigrés de Thrace); à Ellinci Yîl, ce sont des Bulgares, dont la  famille Ülker, actuellement à la tête d'un puissant holding agro-alimentaire75. Le deuxième temps, les années 1970 ou 1980 selon les lieux, est celui de la revente, sous forme fractionnée, des terrains acquis pour une bouchée de pain. Ceci, à un moment où commence à s'opérer la parcellisation (avec distribution des titres de propriétés). Cette revente a bénéficié à des rentiers ou commissionnaires (les fameux emlakçî). qui ont alors tout entrepris pour l'intégration dans une "zone ouverte à la construction" de leurs terrains. Cette promotion s'est opérée entre 1972 et 1993 : d'abord Karayollarî (rattaché auparavant à Yenimahalle), puis Sultançiftligi (1975), Gazi (1982), Cebeci76 et Malkoçoglu (1985-1986), enfin Esentepe (1992). Ainsi, le "premier plan de construction" (au 1/5 000°) de Küçükköy, qui concerne les quartiers actuels de Kazîm Karabekir, Gazi, Zübeyde Hanîm et Karayollarî, n'a été établi qu'en 1982 (Sarîhan-Erbas, et alii, 1993). Cependant ces dates n'indiquent que le moment auquel le processus d'urbanisation spontanée77 a été reconnu et pris en compte par les autorités. Localement, la principale fonction des partis, liés aux "sociétés de quartier d'entr'aide et d'embellissement"78, semble être d'oeuvrer à cette reconnaissance/intégration.

L'histoire des implantations pionnières (ou primo-constructions) dans ces quartiers,  sous la forme de gecekondu, à l'époque -dont il ne reste parfois presque plus rien dans le paysage urbain actuel- reste à écrire, et à comparer à celles qui s'opèrent actuellement hors municipalité, du côté d'Arnavutköy. A cet égard, en ce qui concerne Arnavutköy (municipalité depuis 1987), Bogazköy (municipalité depuis 1992) et les villages alentour, le projet de "ville de l'Ouest79", manière de ville nouvelle, nourrit de nombreux espoirs. La spéculation y a commencé (photo 4), et il semble que le Refah, auquel appartiennent ou dont sont ouvertement proches de nombreux "maîtres de la terre", soit favorable à ce projet.

Des contraintes minimales et souples

Compte tenu de ce qui précède, celui qui veut faire construire légalement doit disposer d'un "acte de propriété" (tapu senedi) correspondant à sa parcelle constructible (imarlî/ifrazlî), qu'il obtient auprès de la sous-préfecture (kaymakamlîk). Ce document mentionne le prix d'achat (satîs bedeli, souvent sous-estimé à cause de l'impôt) et le statut (vasfî) du terrain; il est contre-signé par le directeur de l'enregistrement du tapu. Ensuite, il faut s'adresser à la municipalité de GOP pour l'autorisation de constuire (insaat ruhsatî). Une fois le permis acquis, après examen du dossier par un architecte de la municipalité de GOP et paiement (tab.4), il n'y a pas (ou très peu) de contrôle sur place. Du point de vue architectural, les normes à respecter sont restreintes. Elles ont surtout trait à la hauteur maximale des bâtiments, qui va de 4 étages (sur les petites rues ou ara sokak) à 7 étages en "front d'avenue" (notamment sur l'Edirne Asfaltî). D'ailleurs, la plupart des litiges portent en fait sur la hauteur des bâtiments, partout où la hauteur effective ne correspond pas à celle initialement déclarée. Aussi, l'enjeu des "amnisties sur la construction" (Imar affî) attendues porte plus sur les étages supplémentaires illégaux que sur les constructions en elles-mêmes. Autrement dit, on négocie plus des droits à construire plus haut que des droits à construire tout court, signe qu'on est bien passé à d'autres modalités d'urbanisation.

Les prix pratiqués : sous le signe du grand écart

On peut, pour finir, élaborer un tableau qui recense les prix fonciers et immobiliers pratiqués fin février 1997, en insistant sur leur variabilité en fonction de la situation au sein d'un même quartier (variation de 1 à 15).

Tableau n°4 : Quelques prix (courants) au nord de GOP, et leurs variations

"Marchandise"(*)

Prix minimum

(T.L.)(**)

(en millions)

Prix maximum (T.L.)

(en millions)

Parcelle non cadastrée et

non constructible; terrain

agricole (tarla)

  100

  500

Parcelle cadastrée mais non

constructible (hisseli)

  110

1 000

Parcelle officiellement construc-

tible (ifrazlî)

1 000

40 000

Appartement (achat)

1 000

3 000

Gecekondu (achat, avec

parcelle)

1 000

3 500

Loyer d'un appartement

    5

  20

Loyer d'un gecekondu

    5

    8

Autorisation de construire

(de la municipalité de GOP)

200

400

Source : enquêtes auprès des "agents immobiliers" (ou commissionnaires) et entretiens; fin déc. 1996-fin février 1997; le salaire minimum mensuel était alors d'envirion 18 millions de livres (et le Franc Français valait 21 000 L.T. environ).

(*) = à chaque fois la taille n'est pas spécifiée; en gros l'appartement-référence fait 120 m2, la parcelle aussi.

(**) = Livre Turque.

Conclusion

19 La complexité des configurations observées dans les seuls quartiers nord de GOP dissuade d'extrapoler trop vite ces premiers résultats à l'ensemble de la métropole stambouliote. A tout le moins, elle incite à la plus extrême prudence. Cette première approche permet pourtant d'affirmer qu'Istanbul fonctionne bien comme une métropole, par les flux migratoires qu'elle continue à polariser à l'échelle de l'ensemble de la Turquie. A cet égard, toutes les images de la mère dévoreuse pourraient être (aisément) mobilisées. Mais par ailleurs, c'est une mère nourricière, par les plus-values foncières et immobilières qui s'y dégagent, et par les opportunités d'emplois liées à ce formidable (au sens premier, d'effrayant) marché du bâtiment. En outre, Istanbul apparaît aussi comme une métropole difficilement dicible, tant elle est vécue, perçue et désignée de différentes manières par ses habitants si hétéroclites. Du fait de sa croissance, les cadres administratifs de référence, sans cesse remaniés, ne peuvent pas être intégrés. Mais des repères-identificateurs urbains sont en cours de construction : les municipalités du Refah s'y emploient.

20 En définitive, ce qui ne manque pas de surprendre l'observateur, c'est la rapidité des transformations en cours. Et une des expressions les plus saisissantes de celles-ci ce sont sans doute ces gigantesques carrières -solutions de continuité, béances, immenses fosses devant lesquelles semble piétiner la croissance urbaine qu'elles ont contribué à alimenter par la fourniture de matériaux de construction, que l'on envisage de remblayer pour conquérir de nouveaux terrains. Au bord de l'abîme, des camikondu, des apartkondu, des gecekondu et des décharges sauvages, provisoires.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

AKYOL H. (1996) Türkiyede sag ve islamcî örgütler (Organisations de droite et organisations islamiques en Turquie), Istanbul, Pelikan.

-Anonyme, s.d. (1996?) Gazi. Gecekondulardan Geliyor Halk (Gazi. Le peuple vient des gecekondu), Istanbul, Haziran.

ÇAKIR R. (1995) Ayet ve Slogan. Türkiye'de Islami Olusumlar (Verset et slogan. Les mouvances islamiques en Turquie), Istanbul, Metis Yayînlarî.

ERDER S. (1993) "Les nouveaux habitants d'Istanbul : D'où es-tu, compatriote?", Görüs Dergisi n°12, novembre 1993, pp.74-80 (en turc).

DURAL T.F. (1995) Aleviler ...ve Gazi Olaylarî (Les Alévis et les événements de Gazi). Istanbul, Ant.

GÖKÇAY G. & SHORTER F. (1993) : Who Lives with Whom in Istanbul ?, New Perspectives on Turkey, n°9, pp.47-73.

LEDRUT R. (1968) L'espace social et la ville, Paris, Anthropos.

RODINSON M. (1966) Islam et capitalisme, Paris, Éd. du Seuil, 309 p.

SARIHAN-ERBAG E. EREREN S. & KAYAOGLU N. (1993) 1982'den......1993'e "Küçükkoÿ" (de 1982 à 1993, "Küçükköy"). TMMOB, Mimarlar Odasî Istanbul Büyükkent subesi, Trakya II. Bölge Temsilciligi, 23 p.

SÖNMEZ M. (1996) Istanbul'un iki yüzü (les deux visages d'Istanbul), Ankara, Arkadas, 191 p. (en turc).

SPANG-GRAU I. (1994) Die Handstrickerinnen von Istanbul, Saarbrücken, Verlag für Entwicklungspolitik Breitenbach, Sozialwisenschaftliche Studien zu internationalen Problemen n°189, 309 p.

TÜRKELI N. (1996, pour 2° édition) : Etre une femme dans la périphérie, Istanbul, Gökkusagî, 151 p. (en turc).

YAVUZ N. (1994) Upgrading life standards in the periphery : Gazi 1993, Lettres de l'Observatoire Urbain d'Istanbul, IFEA, n°5, décembre1993, Istanbul, pp.26-27.

 

Haut de page

Notes

1 Le terme descriptif de mégapole désigne un complexe urbain de très grande dimension et de grand poids démographique (plus de 10 millions d'habitants); ce, en dehors de toute considération d'ordre fonctionnel, à l'inverse du terme métropole. Il est maintenant très utilisé en Turquie et ne doit pas être confondu avec celui de mégalopole, par trop galvaudé.
2 Parmi les rares exceptions, voir la récente étude de I. SPANG-GRAU (1994).
3 A cet égard, contre toute tentation culturaliste risquant de brouiller l'analyse, nous souscrivons largement (mais pas exclusivement) au point de vue de R. LEDRUT (1968) : "La ville n'est qu'un instrument d'accumulation et de profit. C'est un lieu de rassemblement de la main-d'oeuvre, d'implantation industrielle, de spéculation foncière sur ces marchandises...(...)".
4 Depuis décembre 1996 en effet, Istanbul compte deux arrondissements supplémentaires : Alibeyköy et Halkalî.
5 Ou "municipalité d'arrondissement", de second rang par rapport à la municipalité du Grand-Istanbul; voir les débats sur la redéfinition des attributions de chacun de ces niveaux, à l'occasion du vote de la loi n°3030 (janvier 1997).
6 Voir la page 1 du supplément "Istanbul" du quotidien Zaman du 31/12/1996. Le mot varos (faubourg), d'origine hongroise, a, en Turquie du moins, des connotations maintenant négatives. Ainsi on a pu entendre récemment un politicien déclaré : "nous ne sommes pas la varos de l'Europe" (dans le sens de zone, banlieue difficile et confins).
7 Arrondissement qui vient à nouveau (décembre 1996) d'être amputé, avec la création de celui d'Alibeyköy.
8 Ainsi, dans le quartier de Cebeci, d'après le muhtar (entretien du 3/1/1997), sur 190 rues, 32 sont sans aucune infrastructure (altyapi).
9 Ainsi la valeur de 1 200 000 a-t-elle été avancée.
10 Cf. Entretien avec la conseillère (müsavir) du Directeur à la Construction, 2/1/1997.
11 Voir Le Monde Diplomatique, juin 1996, pp.11-12 & Middle East Report, avril-juin 1996, pp.24-26.
12 Qui se sont déroulées en trois temps : décembre 1995- janvier 1996, décembre 1996-janvier 1997 et février 1997 (à paraître).
13 Au sujet d'Ankara, on peut se reporter à J.-F. Pérouse : "Ankara : la croissance équivoque d'une création-symbole", Revue de Géographie de l'Est, Nancy, 1997.
14 Au titre de la "loi sur les villages et les maires de quartier" (Köy ve Mahalle Muhtarlari Yasasî), datant de 1944 et actuellement mise en cause; cf. Özgür Politika, 25/3/1997.
15 Cf. entretien avec le muhtar d'Imrahor, 23/2/1997.
16 Qui évoque "fontaine" ou "source sacrée". Dans le paysage, ce passé orthodoxe subsiste à peine, mises à part les églises transformées en mosquées (Arnavutköy), ou à l'abandon et menaçant ruine (Bogazköy).
17 Migrations quotidiennes, dont l'ampleur est matérialisée par le réseau d'autobus publics (IETT) ou privés (Özel Halk) qui relient désormais directement et régulièrement Arnavutköy à Beyazît (hypercentre d'Istanbul).
18 Entretien du 5/2/1997, à Bogazköy, quartier "Merkez".
19 En effet, sans attestation officielle de résidence, obtenue après enregistrement auprès du maire de quartier et de la sous-préfecture, on ne peut accéder au système public de soins ou bénéficier d'une assurance-maladie ou accident. Les faux-papiers, fréquents (mais coûteux), permettent parfois de s'en tirer...
20 Entretien du 28/3/1997, à GOP-centre.
21 Cf. entretien avec un épicier originaire de Çorum, sympathisant du Refah; Bogazköy, 2/1/1997.
22 Nous en avons repéré deux : un sur la place centrale de GOP, en face de la mosquée "Merkez", et un autre sur la place centrale de Küçükköy; dans les deux cas, les journaliers (du bâtiment et du portage) étaient originaires en grande majorité de l'est de la Turquie.
23 Comme le muhtar du quartier "Cumhuriyet", dénonçant l'afflux menaçant et la présence occulte  de ces Anatoliens qui transforment Istanbul en un "vaste village" (büyük köy); cf. entretien du 4/1/1997.
24 Du 5/8/1996.
25 Comme si la mobilité demeurait le privilège/l'apanage des hommes.
26 Avec une ambiguïté parfois sciemment entretenue quant aux acteurs de cette terreur.
27 (Dayanîsma/Kultür ve) Yardîmlasma Dernegi (D.Y.D.), de tel ou tel village, arrondissement ou département); ex. à quelques mètres l'une de l'autre, sur l'Ismet Pasa Cad. dans le quartier de Gazi : Hînîs-Tekman Y.D. et Varto Y.D. (très récemment créée).
28 Quand cette origine n'est pas mentionnée (de 25 à 45% des pierres tombales, selon les cimetières étudiés), plusieurs questions se posent : négligence, mesure d'économie, origine indifférente, vieux Stambouliote ?
29 Ainsi "Lüks Ardahan", qui vient d'ouvrir (1996) un bureau dans le quartier d'Esentepe; ou "Zara Seyahat", à Zubeyde Hanîm.
30 Le terme français "café" est en fait inadéquat puisqu'il s'agit plutôt de "maisons de thé", locaux sommaires à télévision et poële-charbon, où les hommes tuent le temps en jouant aux cartes ou aux dominos, en fumant et en buvant du thé.
31 Comme cet immeuble dénommé "Zaralîlar" (Gens de Zara), rue 1347, à Zübeyde Hanîm.
32 Ainsi celui relevé en janvier 1997 dans le quartier de Gazi : "Bir Dersim yetmez, bin dersim kuralîm".
33 Le muhtar de Cebeci, en l'occurrence, se revendique Rumeli göçmeni.
34 Le nom même de Gazi Osman Pasa est celui d'un militaire ottoman qui a défendu héroïquement la place de Pleven (en Bulgarie actuelle), durant la guerre russo-ottomane de 1877-1878.
35 Ainsi un des gecekondu (encore en place) les plus anciens de GOP (à Yeni Mahalle, fig.2), a été fondé par des Karadenizli (notamment de Giresun) vers 1971. Il a précédé la "zone industrielle" d'Hekimsuyu, qu'il domine désormais.
36 Un des derniers gecekondu (sur la rue 2904 à Esentepe) a été construit en 1994 par des personnes provenant de Develi (département de Kayseri); cf. entretien, 05/01/1997.
37 C'est d'ailleurs l'arrondissement de Kastamonu qui a connu la dépopulation la plus spectaculaire  entre 1985 et 1990 (moins 5,9%/an). Il a donné son nom à un arrêt de bus sur l'Eski Edirne Asfaltî.
38 Au bas de la rue 1422, perpendiculaire à l'avenue Ismet Pasa.
39 Ainsi, à Karayollarî, la société d'entr'aide du village de Çat, arrondissement de Resadiye, département de Tokat (Anatolie centrale) n'a été fondée qu'en 1992. Mais à Zübeyde Hanîm, la "Kültür ve Dayanîsma Dernegi de Sivas, Zara, village de Alisanlagîlî" a été créée en 1993, preuve de la perpétuation dans le temps des vagues migratoires.
40 Quand on considère les membres de la présidence (riyaset) de l'assemblée municipale de GOP, cinq sur sept membres sont nés hors d'Istanbul (le maire, à Nigde, en Anatolie centrale et quatre dans des départements de la région statistique de la mer Noire, de Zonguldak à Trabzon). Quant aux deux, très jeunes d'ailleurs, qui sont nés à Istanbul, ils le sont dans l'arrondissement même !
41 Pour confirmer ces liens, on rappellera qu'à la suite des événements de Gazi (12-13 mars 1995), c'est à Ümraniye que les manifestations furent les plus sanglantes (15 mars 1995).
42 Avec des cas extrêmes : ainsi, ce chef de famille originaire de Kars, qui enregistrait 11 personnes à la fois, à la mairie de Cebeci (le 3/1/1997).
43 Cf. Çakîr, R., 1995, pp.60-65.
44 Ce travail d'observation aide aussi à ne pas confondre verticalisation et densification : aux marges, si l'on construit immédiatement en hauteur,  le bâti demeure très aéré (voire disséminé).
45 Par conséquence, les auteurs qui assurent que plus de la moitié de la population d'Istanbul vit en gecekondu confondent tous les statuts juridiques (niant les légalisations) et toutes les formes architecturales.
46 Cf. entretien avec le muhtar, 30/12/1996.
47 Cf. entretiens avec le Directeur de la police (Zabîta), chargé de l'habitat illégal et avec la conseillère du Directeur de la Construction; municipalité centrale de GOP, 2/1/1997.
48 C'est le terme le plus neutre : il n'y a pas de quartier (au sens administratif) de gecekondu  à GOP.
49 Un cas intéressant fut observé (à Esentepe), d'un gecekondu, non encore détruit, au beau milieu d'une large rue récemment ouverte, bordée d'immeubles d'au moins trois étages.
50 Le 25/2/1997.
51 Le "nettoyage" et le transport des matériaux de démolition (moloz) est confié à un entrepreneur (müteahhit), qui s'en débarrasse sans vergogne dans le premier talweg venu; ces matériaux sont immédiatement triés et en partie récupérés/recyclés (Esentepe, 25/02/1997).
52 L'expression utilisée est : "Halk, kendi evini yapîyor" (les gens font eux-mêmes leur propre maison).
53 Néanmoins, le sérieux de cette autorisation a fréquemment été mis en cause par mes interlocuteurs du secteur du bâtiment; selon eux, il suffit de payer pour l'obtenir. Le contrôle technique serait inexistant.
54 Cette traduction française d'emlâkçî est un peu pompeuse; à signaler que cet "agent" tient en même-temps un bureau de "téléphones à compteur".
55 Pour 12 millions de livres turques d'alors; la parcelle faisant 120 m2; en février 1997, soit 11 ans après, une parcelle constructible de taille égale coûte, selon sa situation, de 1 à 10 milliards... En tenant compte de l'inflation (prix courants multipliés par 20 durant ces 11 ans), l'augmentation est sensible.
56 D'après un entrepreneur d'Ismet Pasa (entretien du 21/02/1997); mais selon un kalfa (24/2/1997), ce serait plutôt 18 mois... à Gazi.
57 Ainsi, a-t-on relevé à de nombreuses reprises l'étonnante formule "ce bâtiment est la propriété de Dieu" (...Allahîn mülküdür).
58 Comme celle où habite le muhtar de Cebeci qui comprend 6 blok; soit 72 familles, c'est-à-dire 300 personnes; cf. entretien, 3/1/1997.
59 Soit, selon le muhtar les site suivants : Albayrak 1 & 2, Nur, Turizm Sitesi, Özkolay, Dalyan, Sev-Yap, Belde, Gülsah, Fatih 87 (le nom est éloquent), Göçmen Yapî, Gözde, Hicret, GOP, Elmas Yapî et Münevverler Sitesi.
60 Soit Saydam.2 et Yîlmazlar; site qui abriteraient moins d'un dixième de la population du quartier (1 500 sur 18 000); cf. entretien avec le maire, 4/1/1997.
61 Au nombre de six, selon le muhtar; cf. entretien, 2/1/1997.
62 Soit, pour celles habitées (et achevées au début de années 1990) : Tuna (240 logements), Sultankent, Ürün, Saydam 1., Saydam 2., Örnek, Yalçînlar et Seçkinler 1.; "site"  aux immeubles de 5 ou 6 étages.
63 Soit : Birlik, Bogaziçi.
64 Cf. entretien du 4/1/1997.
65 Par la "Sultangazi Seçkin Konut Yapî Kooperatifi".
66 Réalisé par la Göçmen Konut Yapî Kooperatifi; avec de hauts immeubles (R + 5) presque achevés fin février 1997. Cette opération de densification est-elle liée à celle de la grande mosquée érigée juste en face?
67 Voir l'hebdomadaire Nokta, 16-22 février 1997, pp.34-37, qui estime le nombre de vakîf à 2 700. Faik Bulut, quant à lui, l'estime à 5 800 (dont 4 500 "à contenu religieux"); cf.Cumhuriyet Hafta, 28/3/1997, p.4. Pourtant, au moment de leur inscription auprès de la "Direction Générale des Vakîf", les vakîf doivent disposer d'un capital d'au moins 400 millions de Livres Turques.
68 Mais attention : le premier Imam Hatip Lisesi de GOP, à Küçükköy (dans le quartier de Kazîm Karabekir), date de 1977. Pour l'ensemble de la Turquie, leur nombre est passé de 372 en 1980 à 454 en 1994 (ils scolarisent plus 500 000 jeunes désormais); et les créations récentes se sont faites dans les plus grandes agglomérations; c'est l'Ilim Yayma Cemiyeti qui préside à cette diffusion; voir le quotidien Cumhuriyet, 27/12/1995, p.12 & 16/12/1994, p.16 et Cumhuriyet Hafta, 28/03/1997, p.4.
69 Ou Insanlîga Hizmet Vakfî ; sur le panneau du chantier il est précisé "avec la participation de compatriotes croyants (hayîr sever)".
70 Cf. Çakîr, 1995, pp.60-65.
71 Ou Hayîr ve Ilim Vakfî.
72 Ou talebhane.
73 On a dénombré une vingtaine de mosquées en chantier dans les quartiers Nord de GOP; pour l'achèvement de chacune il était fait appel à la générosité des croyants. Beaucoup des habitants rencontrés se sont plaints de la démission de l'État en matière de construction de lieux de culte... qui rend nécessaire une mobilisation de la base.
74 Un membre (ANAP) de l'Assemblée municipale du Grand-Istanbul a même décrit récemment la mégapole comme le "paradis de la construction illégale"; cf. Cumhuriyet Hafta, 28/3/1997, p.7.
75 A signaler que son patron actuel, Sabri ÜLKER, est présenté comme l'un des plus grands patrons "islamistes"de Turquie par Faik Bulut (cf. Milliyet, p.4, 10/3/1997).
76 C'est le parti ANAP au pouvoir qui assure la promotion de ce secteur (bölge) en "secteur-pilote".
77 Pour dater le démarrage du processus spontané, les inscriptions de façade d'immeuble, les cimetières, les écoles et les mosquées (date de construction) sont d'un précieux secours. Ainsi l'"Anadolu camii" à Gazi date de 1977, la première école primaire de Sultançiftligi date de 1978. Les entretiens d'habitants "pionniers" (comme ce quincailler de Sultançifligi, originaire d'Afyon, installé en 1971) permettent, de même, d'en préciser le déroulement.
78 Soit Yardîmlasma ve Güzellestirme Dernegi.
79 Cette Batîkent, dont le nom fait écho à celle qui existe déjà depuis les années 1960 à Ankara, pourrait d'ailleurs avoir un pendant (tout aussi islamiste), à l'est de la mégapole, autour de l'arrondissement de Sultanbeyli, qui se verrait volontiers promu pôle central d'une Dogukent.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François PÉROUSE, « Aux marges de la métropole stambouliote : les quartiers nord de Gaziosmanpasa, entre Varos et Batikent », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 24 | 1997, mis en ligne le 28 février 2005, consulté le 17 août 2017. URL : http://cemoti.revues.org/1469

Haut de page

Auteur

Jean-François PÉROUSE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org